Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
DTWICE : NIGHT SHIELD :

   DTWICE claviériste, compositeur et chanteur de SMOOTH est un phénomène hexagonal et ce n’est pas l’album Night Shield   qui infirmera cette évidence. Il aura fallu plusieurs années pour que DTWICE se décide à tenter l’aventure de l’album solo mais le résuldat vaut bien ces années de tranquille maturation.

   A trente cinq ans David, aka Dtwice, nous propose 8 titres inspirés en fondu enchainé comme une traversée  des grands lacs pop, New Wave et Electro. On en ressort profondément songeur, légèrement mélancolique mais avec la furieuse envie d’appuyer aussi sec sur la touche “repeat”. 

   DTWICE est un excellent mélodiste doublé d’un arrangeur qui  sait concocter des titres qui ne comptent pas leurs heures de studio.  L’influence de PEGASE du groupe MINITEL ROSE  qui a travaillé avec lui sur l’album a permis  à DTWICE de se débarasser des vieux reflexes qui ont fait le succès de SMOOTH.  Rien de plus difficile que de repartir pour un créateur sur de nouvelles bases et pourtant Night Shield est la preuve que ce type de métamorphose est possible. 

   DTWICE  a associé des sonorités rock  à la suavité de voix féminines entêtantes – celles là même que l’on trouve sur les 3 mix  du titre éponyme - qui semblent avoir migré depuis les bandes analogiques  des années 80.  Les fantômes New Wave viennent coloniser les batteries catchy, les choeurs ultra sensuels et les guitares racées au point de nous entrainer dans une ronde où le passé s’enlace langoureusement autour des rythmiques du temps présent.

Night Shield est une plongée introspective au coeur des influences musicales de son créateur, voyage rêvé comme une voiture traversant seule la nuit sur une autoroute noyée d’obscurité. Essayez pour voir… La seule restriction que l’on peut faire à cet excellent album serait sans doute de le trouver un peu court. Les 8 titres proposent des saveurs si particulières que le festin auraient pu être largement prolongé de 4 titres, c’est dire le plaisir de la découverte puis de la répétition heureuse d’une tracklist qui place DTWICE au niveau des meilleurs créateurs anglo-saxons. 

 

ARCHIBALD PLOOM (2013)

© Culture-Chronique -                                                   -

--   Le Facebook d'Archibald Ploom

--   Les chroniques musicales Culture-Chronique  

--   Le classement littéraire CULTURE CHRONIQUE

--   S'inscrire à la Newletter

 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :