Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
STALINGRAD de François KERSAUDY :

Si l’on interroge des historiens, beaucoup vous diront que la mère de toutes les batailles a été, en définitive, Stalingrad. Cet affrontement homérique va constituer le tournant décisif dans l’évolution de la seconde guerre mondiale. Moment clef du basculement où la dictature stalinienne inflige aux forces nazies un revers sans précédent, la précipitant dans le gouffre infernal de la défaite. Jusqu’alors Hitler avait vu les vents favorables de la guerre le pousser jusqu’aux rives de la Volga. Mais la détermination de Staline, l’habileté des généraux de l’armée Rouge tels que Joukov, Tchouikov, Vatoutine ou encore Rokossovski  - certains sortant d’ailleurs directement de prison pour prendre leur commandement – et l’indéniable courage des troupes soviétiques va provoquer un renversement de tendance sans précédent. Créant un point de fixation autour de la ville de Stalingrad l’armée Rouge va obliger les Allemands à vivre un nouveau Verdun au coeur même de l’impitoyable hiver russe.

   François Kersaudy nous propose avec ce “Stalingrad – Le tournant de la guerre” – un ouvrage précieux qui nous permet de comprendre comment les Soviétiques bien mal partis dans les premiers mois de l’offensive allemande -  pas moins de 3,5 millions d’hommes tués ou blessés - vont parvenir à faire de Stalingrad  un fait de guerre sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Au seuil de l’hiver, la pluie et la boue, puis la neige et le gel ont paralysé les Allemands épuisés par vingt semaines d’une campagne fulgurante. Ils se sont arrêtés à vingt kilomètres de Moscou reculant devant le pilonnement incessant de l’artillerie russe.  En septembre 1942 Hitler reste cependant optimiste. Il écrit à propos de la résistance soviétique à Stalingrad : “Les Russes sont à la dernière extrémité. (…) La résistance à Stalingrad est à considérer comme une affaire purement locale. Les Russes ne sont plus capables de mener une contre-offensive susceptible de nous menacer.” On connaît la suite.  Une suite que François Kersaudy va nous raconter avec les talents conjugués de l’historien, du conteur et de l’archiviste.  Certains témoignages de soldats sont rapportés dans la crudité terrifiante de la réalité des combats. Par ailleurs des dizaines de photographies accompagnent le texte donnant une dimension prégnante au récit des opérations successives qui menèrent à la victoire des Soviétiques.  Enfin des cartes en couleurs font surgir la réalité des dispositifs de défenses et d’attaques des forces en présence. 

   Cet ouvrage est tout à fait remarquable tant par la qualité du texte que par l’ensemble des documents qui l’accompagnent.  Il fera le bonheur des lecteurs férus d’histoire qui cherchent à approfondir la chronologie de la mère de toutes les batailles.

ARCHIBALD PLOOM  (2013)

 © Culture-Chronique --                                                

--  Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :