Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LOLITA GUN de CHLOE ALIFAX :

 La petite voix de Chloé Alifax revient, cette petite voix que nous avons tant aimée à la lecture de son premier roman « SALETES »… Oui elle est revenue  et on l’entend drôlement dans son dernier opus de 424 pages  LOLITA GUN.  Oui, oui vous avez bien lu… Plus de 400 pages ! Elle a de quoi devenir  entêtante cette petite voix, elle a  de quoi prendre  ses aises.

« Ce que les gens regardent n’est pas intéressant. »  Voilà une belle manière de débuter un roman !  Même déferlante des formules et des obsessions, même jubilation dans la sculpture du langage.

 Chloé Alifax a un éditeur, jeune comme elle, qui lui laisse la chance d’avancer tranquillement dans son œuvre. Voilà une belle manière de faire.  Non pas en se tissant un réseau pendant les années à Normale sup et donc rapidement dans le milieu littéraire, manière de faire qui finit inéluctablement dans le marigot éditorial français qui produit obsessionnellement la même chose depuis une vingtaine d’années.  Non, je veux parler de la seule manière d’écrire, celle qui caractérise les grands écrivains américains.  Se faire un style en travaillant inlassablement autour de quelques idées clefs et construire une œuvre en coureur de fond.

Chloé Alifax  travaille comme serveuse dans un snack - "Un autre petit café vous ferait plaisir ?" - qui va devenir dans les années futures le snack le plus célèbre de France parce que justement elle y aura travaillé.   " Vous vous souvenez de Chloé Alifax ?"  " Vous saviez qu'elle était écrivain ? Ah non ? Elle était discrète la dessus... je comprends ..." Mais dès qu'elle rentre chez elle Chloé se met au travail. Elle écrit, écrit, écrit... C'est une seconde nature chez elle. Elle écrit comme on cherche son souffle... Pas cette littérature de poseurs qui encombre les rayons des librairies, non une littérature pour sauver sa vie. Son écriture est un élan vital, celui du noyé qui remonte à la surface et reprend sa respiration dans un cri. 

 

ARCHIBALD PLOOM (2011)

 

-                                                                                                                                                                         -

Lien avec le blog de Chloé Alifax

Lien avec le Facebook de Chloé Alifax

Lien avec le site des Editions Stéphane Million

 

-                                                                                                                                                                         -

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :