Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE CHEVAL DANS LE CERISIER de MAGDALENA :

Il y a des livres qui racontent une histoire. D’autres qui la peignent. Celui-ci conjugue les deux avec bonheur : un conte touchant de Magdalena, dont la fantaisie dose toujours équitablement l’humour et la poésie, dans une mise en scène haute en couleurs de Nicolas Duffaut.

Unité de lieu – mais pas de temps : tout se déroule sur la placette d’un village. N’importe quel village ?

Pas du tout.

L’auteure a posé son écritoire dans un territoire de cœur, le petit village de Céret, en Catalogne, et plus précisément encore, entre une minuscule librairie et le cerisier qui lui fait face.

Un cerisier ordinaire, penserez-vous ?

Pas le moins du monde.

Car il est habité par un cheval. Un cheval qui refuse d’en descendre. L’esprit d’Italo Calvino passe comme un songe ; il y a du Baron perché dans cet étrange cheval aux prunelles si expressives, campé sur sa position avec une douce et ferme détermination. Sa silhouette découpe une curieuse figure de proue dans le feuillage verdoyant. Insolite, énigmatique et attendrissant, il traverse les saisons dans une suite de pages splendides, qui dépeignent la place de Céret comme un petit univers chaleureux, tout en rondeur, habillé de maisonnettes, d’une fontaine octogonale – et d’un cerisier.

Tour à tour magnifiée par les ors fauves de l’automne, contrastée dans les blancs et les noirs de l’hiver, éclaboussée des vives couleurs et des ombres violettes du printemps, la placette demeure imperturbablement égale à elle-même, à l’image du cheval qui n’a pas bronché devant la tombée des feuilles, le dénudement des branches, puis leur renouveau verdoyant. Rien ne semble pouvoir l’en faire démordre, ni la force, ni la raison.

Un minuscule témoin n’a pas perdu une miette de cet étrange manège. La petite Ona, l’enfant qui ne parle jamais, mais dont le mutisme malicieux observe de tous ses grands yeux. L’illustrateur en fait une adorable petite figure, à la fois pensive et désinvolte, mèches brunes débordant d’un canotier, nez retroussé en direction de la cime du cerisier.

Entre la petite fille qui va quotidiennement lire les livres de la librairie, et le cheval perché, s’est tissé un menu lien sans paroles, faits de signes de main et d’échanges de regards.

Et si le seul moyen d’atteindre ceux qui ne veulent pas descendre était de monter les retrouver? Et si, au lieu de s’insurger contre ce qui ne suit pas le cours normal des choses, on cherchait à le comprendre ?

Quand Ona décide de rejoindre le cheval dans le cerisier, avec un livre sous le bras pour tout bagage, on devine que ces deux là ne vont pas tarder à appareiller pour de vastes voyages, que ce rendez-vous quotidien à califourchon sur les branches, nourri de littérature, fleure bon l’évasion et la liberté.

Vous vous demandiez peut-être comment faire pour interpréter les rêves secrets des chevaux qui se perchent dans le cœur des arbres ?

Il suffit d’avoir de l’inspiration, de la générosité et une brindille d’astuce.

Pas question de révéler le dénouement du conte – qui, après Calvino, cligne cette fois malicieusement de l’œil vers Truffaut et ses Quatre cents coups. Mais sans aucun doute, petits et grands lecteurs seront charmés de cette histoire qui met de bonne humeur et mène si bien sa barque entre les rivages du réel et de l’imaginaire.

Avis à tous les voyageurs : si vos pas vous mènent en Catalogne, sur la placette du petit village de Céret, entrez dans la librairie, choisissez un bon livre à raconter à une oreille amie, et quand vous serez sous le cerisier, prenez le temps d’observer. Si quoi que ce soit d’un peu inattendu appelle votre regard, n’hésitez pas : partez à sa rencontre.

EMMA LACHAPELLE (2013)

© Culture-Chronique --                                                

--  Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique 

--  S'inscrire à la Newletter

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :