Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA FRANCE EN CHINE de BERNARD BRISAY :

Les relations France Chine sont une vieille affaire sur bien des plans. C’est ce que nous rappelle Bernard Brisay dans son ouvrage remarquablement documenté “La France en Chine – Du XVII eme siècle de nos jours”. Tout commence au XVII eme siècle quand Louis XIV envoie ses jésuites auprès de l’empereur Kangxi. En 1684 le Roi-Soleil avait accueilli une ambassade du roi de Siam dans la galerie des glaces. On lui offre une grande quantité de pièces de porcelaine. Le roi de Siam a diligenté cette ambassade car il est inquiet des visées anglo-hollandaises sur son territoire et il vient demander l’aide du roi de France.  Décision est prise d’envoyer en retour une ambassade au Siam car Louis XIV est tout à fait hostile au commerce hollandais. Frapper la puissance hollandaise dans les Indes c’est l’atteindre au coeur en lui interdisant la route des épices.  L’ambassade sera composée de six Jésuites érudits et scientifiques qui  partent porteurs d’un questionnaire en 34 points recensant toutes les interrogations  que l’on peut avoir alors sur la Chine. Ils installeront au royaume de Siam une mission française qui jouera un rôle fondamental dans le rayonnement français dans cette partie du monde. C’est le début de l’aventure chinoise de la France qui va évoluer au gré des évènements auxquels seront confrontées les deux puissances.

    Bernard Brisay qui est journaliste et historien nous raconte l’évolution des rapports France-Chine avec un vrai talent de conteur. Il est lui-même un fin connaisseur de la Chine où il fait de fréquents séjours.  A la manière des jésuites de Louis XIV  il explore la complexité de cette contrée  que les temps ont rendu moins lointaine mais  qui reste profondément exotique pour un français.

   Si la présence française en Chine est tout au long du XVIIIe siècle pacifique, elle deviendra au XIXe siècle, beaucoup plus agressive avec pas moins de trois conflits avec l’Empire du Milieu. La France participe même en 1860  aux côtés des Britanniques au sac du palais d’Eté de sinistre mémoire...

  Hormis ces  périodes de conflits la France établira des concessions en Chine. Une concession est morceau de territoire qui tombe sous le contrôle d’une puissance étrangère, une enclave en terre chinoise mais dont les lois sont celles de la puissance étrangère. C’est un territoire concédé à bail pour une durée indéterminée, le sol restant chinois.  La plus célèbre sera celle de Shanghai qui va prospérer non loin de la concession anglo-américaine. Ces concessions sont évidemment honnies des Chinois car ce régime d’exterritorialité constitue un privilège qui n’a jamais existé qu’en Chine. Pour les étrangers, il s’agit de se soustraire aux pénalités du code chinois. Par ailleurs Américains et Européens veulent des rues propres et larges, ainsi que des installations portuaires permettant des transbordements à quai. Enfin seuls les occidentaux peuvent mettre en place un système de voirie digne de ce nom. C’est grâce à Charles de Montigny que la France obtient la concession de Shanghai en 1849.  Consul à Shanghai il est persuadé que la France doit développer ses rapports commerciaux avec l’Empire chinois. Il y parviendra avec maestria en développant cette concession qu’on appellera « Le Paris le l’Orient » et qui durera près d’un siècle.

    Notons aussi les excellents chapitres sur  le viol de la Cité interdite de Pékin par les troupes étrangères en 1900, la politique de la canonnière, le petit train du Yunnan. Au fil des pages le lecteur croise Paul Claudel,  Pierre Loti et Victor Ségalen et tout à la fin Charles de Gaulle qui en 1964 reconnaît l’existence de la Chine sur le plan diplomatique.

    Reste que l’histoire des relations franco-chinoises se poursuit aujourd’hui,  les 21 milliards d’euros de déficit défavorable à la France exige de notre pays un effort puissant pour augmenter nos échanges avec ce pays complexe qui ne s’est jamais trouvé dans une situation plus favorable qu’à notre époque.

BERTRAND JULLIEN  (2014)

 © Culture-Chronique --                                                

--  Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :