Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE VENTRE LISSE d'Olivier DELAHAYE :

  Les romans d’apprentissage constituent depuis des siècles un genre à eux seuls.  On y trouve ce qui constitue les fondements de l’aventure humaine et il faut bien reconnaître que le sexe constitue l’un des éléments clefs de cette aventure.  Ce sont les premières ardeurs de la pré adolescence qui déterminent généralement nos goûts et nos passions.

Olivier Delahaye  dans “Le Ventre lisse” aborde cette thématique avec légèreté et profondeur.  Se découvrir et découvrir l’autre, s’ouvrir au continent inconnu que constitue le corps et la sensualité de l’autre.  C’est après tout l’une des grandes affaires de la vie et elle mérite bien qu’on lui consacre un roman.

   Romain le héros du roman éprouve une passion secrète pour ce qui se cache sous les jupes des filles ce qui nous vaut quelques jolies formules et des descriptions savoureuses. L’imagination d’un jeune garçon est, sur ce sujet, sans limite.  Les jeunes femmes vont aider Romain à se faire une idée plus précise sur cette  épineuse  question et en particulier  cette jeune musicienne  aveugle  qui va lui  faire progressivement  découvrir  la sensualité.

   Le roman se lit sur un tempo moderato comme la vie qui passe doucement mais il lui arrive de franchir le mode allegreto quand le coeur et le corps s’emballe.  Olivier Delahaye évite les écueils d’une littérature qui suivrait la pente de la facilité.  L’éveil de Romain correspond finalement à son entrée dans la vie.  Roman d’apprentissage donc,  dédié à  tous ceux qui sourient à la vie. Rien n’est simple dans l’existence mais tout s’éclaire pour ceux qui cherchent vraiment …

ARNAUD LANKIRI  (2014)

 © Culture-Chronique --                                                

--  Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :