Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA NUIT DES SECRETS de DAVID DOMA :

Isaac est aujourd’hui un vieil homme profondément bouleversé par sa découverte. Rachel, son amour de jeunesse, celle qu’il croyait morte après sa déportation dans un camp de concentration, est bien vivante. Il s’oblige, par amour et honnêteté, à dévoiler le secret qui le ronge. Isaac est, depuis fort longtemps, un écrivain de renommée internationale. La publication de son premier livre fut un succès planétaire et l’a propulsé au sommet de la gloire. Pourtant, ce roman qui l’a rendu si célèbre est celui de Rachel. Cette révélation provoque un séisme dans les milieux littéraires et celui qui jusqu’alors était adulé devient un être maudit. En revanche, Rachel, jusqu’à présent dans l’ombre, est sollicitée par les journalistes pour raconter son incroyable histoire. Comment a-t-elle pu durant toutes ses longues années, accepter qu’un homme lui vole sa place sans jamais se manifester ? Pourquoi après sa libération n’a-t-elle pas essayé de joindre Isaac ? Quel enfer a-t-elle vécu pour vivre dans l’oubli ?

Rachel, désormais un peu contrainte et forcée de vivre  sous les projecteurs, finit par accepter d’exposer son passé. Ce n’est pas sans souffrance qu’elle se livre aux médias et pour se libérer totalement, elle décide aussi d’écrire à Isaac de longues lettres qu’elle ne lui envoie pas.

L’histoire aurait pu être simple mais  les confessions de Rachel et d’Isaac vont avoir des  répercussions  à l’autre bout de la planète.   Juan est  argentin, il est le fils de Horst, un ancien nazi qu’il a toujours détesté. Il va de suite établir une relation terrible entre le nom de Rachel Kaplan, publié dans la presse, et celui qu’il nomme son géniteur.  Il vient de découvrir des écrits laissés par ce père haï et décide par bribes, tant l’émotion est forte, de les partager avec Isaac.  Une relation purement épistolaire va alors s’installer entre le vieil homme et le jeune argentin. Isaac en se libérant de son secret pesant n’imaginait pas que d’autres chaînes venues d’Amérique latine viendraient le tenailler.

Ce roman poignant à quatre voix, ne comporte aucun dialogue sauf lors de l’ultime rencontre entre Juan et Isaac.  Ces longues lettres sont les messagères de toutes les émotions mises à nu, de toutes les cruautés si longtemps tues, de toutes les interrogations suscitées. Au fil des pages, on découvre le cheminement intellectuel de ces quatre humains. L’horreur peut-elle laisser de la place au regret ? Peut- elle être source de repentance ? Et peut-elle surtout laisser une chance au pardon ? 

SYLVIE LAVAINE  

 © Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

- -  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURE CHRONIQUE 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :