Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE COLONEL ET L’APPAT 455 de Fariba HACHTROUDI :

   Fariba Hachtroudi est journaliste et écrivaine iranienne. Elle appartient à une longue lignée de penseurs éclairés dont la philosophie ne pouvait guère s’accommoder avec le régime qui s’est installé au pouvoir dans son pays depuis 1979.   Fidèle aux convictions de laïcité et de tolérance de ses aïeux Farida Hachtroudi a toujours combattu l’obscurantisme de la théocratie iranienne à travers ses articles et son oeuvre romanesque et poétique. Une femme de tête, une combattante qui n’a jamais lâché un pouce de terrain à ceux qui ont fait basculer son pays dans le fanatisme - Iran, les rives du sang - prix des droits de l’homme en 2001 -, la répression politique et ramener la condition  féminine à une époque moyenâgeuse - “Femmes iraniennes, 25 ans d’inquisition islamiste - paru en 2004). L’écriture est son arme et chacun peut découvrir ses articles sur http://www.huffingtonpost.fr/fariba-hachtroudi/.

Dans son dernier roman “Le colonel et l’appât 455” Farida Hachtroudi interroge les profondeurs des âmes de deux êtres que l’histoire a rapproché deux fois : victime et bourreau une première fois dans leur pays d’origine, une république théologique,  puis une seconde fois, des années plus tard, en exil dans un pays nordique.  Peut-on vraiment pardonner à ceux qui ont transformé votre vie en enfer, ceux qui vous ont tourmenté, ceux qui auraient pu vous faire perdre la vie en plus de la liberté?  Ce sont les questions récurrentes qui hantent le lecteur tout au long de ce beau texte dès lors que l’ex-colonel du renseignement retrouve par hasard, alors qu’il a fui lui-même le régime qui l’employait, le numéro 455, la plus célèbre prisonnière du centre pénitentiaire Devine, lieu de torture et de répression. Quelques années plus tôt le numéro 455 avait été torturé et violé sans relâche car on voulait qu’elle révèle certaines informations sur son mari. Elle ne parlera jamais laissant les bourreaux à leur brutalité et abandonnant finalement son pays à sa crasse idéologique.  

Farida Hachtroudi construit deux récits croisés à partir de cette improbable rencontre. Les personnages poursuivent des logiques évidemment différentes qui  parviennent à des conclusions très divergentes.  L’auteur ne nous épargne rien de la réalité des geôles de ce qu’on peut imaginer être son pays. Elle nous plonge au coeur de la méditation des deux acteurs d’un drame qui ne laisse indemme ni les bourreaux, ni les victimes.

Roman puissant qui pousse les descriptions jusqu’à l’écoeurement  “Le colonel et l’appât 455”  nous frappe en plein visage comme un uppercut qui fait voler en éclats certaines espérances  même si l’amour  demeure pour Farida Hachtroudi la ligne d’horizon  qui nous garde des pires trahisons. 

ARNAUD LANKIRI  

 © Culture-Chronique --                                                

--  Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :