Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE SOURIRE DES FEMMES de Nicolas BARREAU :

 L'année dernière en novembre , un livre m'a sauvé la vie. Le moins que l'on puisse dire est que la première phrase de ce roman est une véritable invitation à la lecture. De plus, son  titre "Le sourire des femmes" est très enjôleur, alors les promesses d'une lecture  qui s'annonce sympathique seront elles tenues?

Dès les premières pages, le rythme est donné.

Aurélie Bredin est une jeune femme enjouée, elle dirige le restaurant familial depuis la mort de son père. Elle coule des jours heureux avec Claude, mais ce dernier la quitte brutalement pour aller rejoindre une autre femme. Aurélie est dépitée, désespérée.

De son côté, André Chabanais est  éditorialiste aux Editions Opale. Son directeur, Mr Montignac, le somme de dénicher de nouveaux talents. André Chabanais, qui  travaille fréquemment en étroite collaboration avec le directeur d'une petite agence littéraire à Londres, va se laisser séduire par une idée saugrenue: Ecrire lui même un roman sous le pseudonyme de Robert Miller. Il se lance dans cette aventure sans vraiment en mesurer les conséquences et surtout  sans envisager que son roman puisse devenir un incontestable succès. Les affaires se compliquent lorsque Mr Montignac souhaite rapidement rencontrer ce nouvel écrivain prodige.

Mais quel est donc le lien qui va unir Aurélie Bredin à André Chabanais? A priori aucun, mais pour une raison étonnante , Aurélie doit aussi impérativement rencontrer ce Robert Miller. Alors est -il possible de faire vivre cet auteur fantôme que tout le monde veut côtoyer?

C'est une comédie pétillante qui se dévoile au fil des pages. Des situations aussi rocambolesques qu'improbables enchantent. Comment André Chabanais va t-il réussir à se sortir de cet imbroglio?

L'écriture parviendra-t-elle à le sauver?

Je me suis surprise à sourire sans modération à la lecture de ce roman et à éprouver un certain bien être à la fin, celui d'avoir passé un délicieux moment en compagnie de ses personnages fictifs mais oh combien sympathiques et vivants!

SYLVIE LAVAINE  

 © Culture-Chronique --                                                

  Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

- -  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURE CHRONIQUE  

 --  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :