Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
NEWTON OU LA PHYSIQUE DU ROCK… :

Newton n’est pas l’un de ces groupes comètes qui traversent la constellation rock pour aller s’écraser dans la mer de l’oubli d’un astre perdu, ce qui est trop souvent le cas quand on parle de rock hexagonal.  Newton est une vraie formation de rock qui sait prendre le temps de la production quand il s’agit de proposer à son public un opus de sa façon.  Le groupe constitué autour de la charnière historique de feu Matador's a vu les frères Arca (Chant) et Arkey (basse) se renforcer de trois solides instrumentistes : Fox et Olivier aux guitares et David à la batterie. Fox est d’ailleurs devenu avec Arca l’un des tauliers de la maison Newton puisqu’il co-signe compositions et lyrics de l’essentiel des titres de leur nouvel album intitulé Saudade. Album que l’influence lusitanienne place sous le signe d’une profonde nostalgie qui pourrait renvoyer à la méditation de Léo Ferré dans “Avec le temps” revue et corrigée par les Kinks, les Who de Substitute, où encore les Stones d’Aftermath.

  Notons au passage que la sortie de Saudade a été retardée par la naissance en 2013 du label newtonien Canaille Music qui a  d’abord assuré la production et la promotion de l’album Faut pas crisper le voisin de Sucliffe ; opus classieux qui n’avait pas manqué  de retenir l’attention des amateurs de rock national.

   Si Saudade est placé sous le signe de la nostalgie lusitanienne, on peut trouver un premier élément d’explication dans le titre éponyme Saw Dad où, soit dit en passant, on peut noter un clin d’oeil appuyé au titre immortel de Mort Shuman Allo Papa Tango Charlie dans le refrain. Saw Dad évoque avec retenue et élégance la disparition du père des deux frères Arca et Arkey, chef de famille vénéré qui comme des millions d’immigrés portugais perdit l’essentiel de ses années et de sa santé à monter des murs en parpaings.  Ajoutons que l’hommage du groupe à ce père anonyme et courageux se retrouve dans l’antépénultieme titre de l’album Seras-tu qui évoque les ravages de la maladie d’Alzheimer en quelques notations cliniques et fulgurantes accompagnées d’un arrangement d’orgue qui fait ressurgir des temps lointains le son emblématique des Animals.

  Saudade, en dehors de son caractère autobiographique, est aussi un album de rock bourré de références.  On retrouve à travers le titre Saw Dad toute l’énergie d’un Gene Vincent ou d’un Eddy Cochrane dans les arrangements de guitares.  En Attendant, traversé de 6 cordes shadows et de castagnettes mexicaines, joue avec les références filmiques autant tarantiniennes que morriconiennes et rend hommage au septième art en reprenant à son compte les clichés musicaux des westerns spaghetti…

   Le groupe a mis 4 ans à produire cet album. Autant dire qu’aucune piste de basse ou de guitare n’est dûe au hasard.  La méthode de travail de nos cinq acolytes consiste à venir avec la maquette primaire en studio, les arrangements étant trouvés in vivo à travers une mise en oeuvre collective et participative. Les Beatles faisait la même chose dans les années 60 à Abbey Road. Par ailleurs le groupe a bénéficié, outre des installations du studio “Le Garage” de Sens, des conseils avisés de Jacky Chalard, l’inamovible et prolifique producteur de rock “made in France”.

   Le titre Gendre Idéal signé par Boris Bergman – qu’on retrouve sur Stop Model  et Moi et le Monde -  reprend la formule  hypnotique  et savoureuse “Tu m’as nui sous les étoiles”  dans une ambiance que n’aurait pas renié Alice Cooper… J’t’invente déroule ses rêves d’affection sur un mode harrisonnien qui doit beaucoup aux inclinations de Fox pour le plus jeune des Beatles. Qui je suis envoie une jolie cavalcade de guitares étincelantes sur un fond d’arrangement de piano prestonien qui donne bien envie d’aller s’acheter direct une demi-caisse Gretsch.

   Il faut, par ailleurs, souligner la qualité des choeurs sur l’ensemble des titres de l’album. Visiblement les Newton ont beaucoup écouté les Beach Boys ce qui nous vaut des déferlantes vocales à sortir la planche de surf, en particulier sur Ça Je Sais Le Faire et Je Ne Suis Pas Mort  - qui serait allé comme un gant à Johnny si le vieil homme avait eu un peu d’humour.  Mention spéciale pour Allo Docteur et ses somptueux arrangements de cuivres ainsi qu’à la jolie ballade lennonienne Elle croit qui vous tournera un moment dans la tête avec la surprenante et magique présence d’un arrangement de saxophone soprano dans le final.

   Album de la maturité Saudade confirme le talent d’un groupe qu’on aimerait rapidement retrouver en tournée dans toute la France car Newton est aussi une extraordinaire formation de scène qui sait allier élégance des postures et fureur des riffs. 

ARCHIBALD PLOOM 

© Culture-Chronique -                                                   -

--   Télécharger l'album Saudade de Newton 

--   Le Facebook d'Archibald Ploom

--   Les chroniques musicales Culture-Chronique  

--  Le classement littéraire CULTURE CHRONIQUE

   S'inscrire à la Newletter

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :