Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LES PHILOSOPHES DU NÉANT de JAMES HEISING :

 La définition grecque de la philosophie, l’orientant vers le discours rationnel, l’a définitivement privée d’un rapport qui aurait pu être fructueux avec des philosophies que l’on qualifie généralement de “mystiques”. Il est étonnant qu’une tradition qui part des dialogues socratiques ait aussi peu échangé avec d’autres philosophies extra occidentales.  Clôture donc autour d’un usage de la raison fort monadique  et par voie de conséquence  peu habituée  à se tourner vers des pensées qu’elle jugera en définitive marginales, exotiques voire étrangères à la philosophie.

Ainsi la philosophie zen n’a jamais joui du moindre intérêt de la part des philosophes européens ou américains hormis dans la sphère de la théologico-religieuse.  Visiblement en occident le terme philosophie semble impropre dès lors que la spiritualité entre en jeu.

Dans le domaine de la philosophie japonaise la seule  exception concerne le mouvement philosophique connu sous le nom d’Ecole de Kyoto et qui rassembla entre 1920 et la fin des années soixante des philosophes nippons  autour de trois personnalités  : Nishida Kitarô (1870-1945), Tanabe Hajime (1885-1962) et Nishitani Keiji (1900-1990).  Reste que le nom de cette école a souvent été  associé  à l’impérialisme japonais que certains de ces penseurs ont parfois soutenu dans les années trente et lors de la seconde guerre mondiale alors même que ce dernier contredisait certaines des valeurs professées par cette école philosophique. La justification  de la supériorité japonaise tient plus à l’égarement nationaliste de l’époque qu’aux principes d’une philosophie qui aurait vu dans la domination nippone sur le monde une fin en soi.  Preuve – faut il rappeler l’affaire Heidegger… – qu’aucun philosophe ne peut échapper au contexte historique dans lequel il est immergé.

Mais il serait injuste de balayer  le travail  de l’école de Kyoto en raison des égarements de certains de ses contributeurs.  Ce serait injuste, inconséquent et profondément irrespectueux envers le travail accompli en un demi siècle ; oeuvre immense, encore mal connue et qui mérite  qu’on  lui prête toute l’attention nécessaire.

L’ouvrage Les Philosophes du néant  de l’Américain James W. Heisig reprend  de manière approfondie les lignes de force de ce mouvement philosophique à travers les travaux de ces trois principaux fondateurs en commençant par Nishida Kitarô qui s’ouvrit à l’occident à travers les philosophes allemands Kant, Hegel, Husserl et Heidegger et le Français Bergson.  Son travail philosophique consista, entre autres, à dépasser l’opposition sujet/objet  en privilégiant la saisie directe de la réalité  comme « expérience pure », notion inspirée par le bouddhisme zen.  La dichotomie sujet/objet est transcendée  par la notion orientale d’éveil à soi qui approfondit notre notion de conscience. Nishida Kitarô propose aussi l’idée de néantisation de soi  qui  correspondrait à la dissolution de l’égo basée sur l’impermanence du réel, idée que l’on retrouve dans l’enseignement du zen et qui renouvelle complètement notre ontologie fondée sur l’être.

   De son côté Tanabe Hajime, qui  avait fait une partie de ses études en Allemagne auprès de Husserl,  proposera  une réflexion étendue à la société et à la politique.  Selon lui il existe une dimension irrationnelle  liée à toute forme historique car  toute culture est liée à ce qu’il appelle un absolu relatif  comme par exemple la pensée du néant au Japon ;  il développera autour de cette problématique le concept de logique de l’espèce.  Pour Tanabé les « absolus relatifs » de chaque culture n’ont pas vocation à rester fermés sur eux-mêmes mais peuvent se coordonner avec d’autres « absolus relatifs ». Sa vision est donc dynamique et il serait fallacieux selon Heising  d’y voir une  apologie du nationalisme.

Enfin Nishitani Keiji, disparu en 1990,  avait travaillé sur l’œuvre du mystique rhénan Maître Eckart. Il avait comme Tanabé séjourné en Allemagne où il avait suivi les cours de Heidegger, approfondissant les pensées de Nietzche et de Kierkegaard. Influencé par la pensée du penseur zen Dogen, Nishitani travaillera en particulier sur la question du nihilisme qu’il fallait, selon lui, pousser à son extrême pour le dépasser en son cœur même. Sans doute le plus oriental des trois  penseurs,  sa réflexion tendait à démontrer que  le bouddhisme pouvait constituer le terreau d’une philosophie ressourcée.

Ces trois penseurs ont tous à leur manière cherché à renouveler la pensée philosophique en montrant que la philosophie occidentale est finalement une manière de voir parmi d’autres même si elle vise à l’universalité.

  Le travail considérable de cette école de pensée,  qui compte bien d’autres contributeurs, représente  des dizaines de milliers de pages de réflexion et d’innovation  théorique. Les philosophes du néant en nous permettant de saisir  la pensée de  ces trois pères fondateurs nous introduit dans un univers philosophique qui cherche à construire le socle d’un nouveau commencement philosophique. Pays du soleil levant oblige…

Le travail de James Heisig, professeur à l'université Nanzan à Nagoya met en évidence les différences et les continuités entre les pensées des trois figures phare de l’école de Kyoto.  D’évidence la question du néant constitue  le concept nodal qui  les relie. Tanabé écrivait « La discipline qui doit s’occuper du néant est la philosophie ».  On retrouve dans cette pensée la fraîcheur d’un engagement existentiel qui pourra dans les années à venir  contribuer à enrichir  la réflexion philosophique contemporaine et particulièrement si on devait l’associer à l’idée d’une laïcité sans Dieu. 

ARCHIBALD PLOOM  

 © Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter 

--  Le groupe Facebook CULTURE CHRONIQUE

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE 

 
Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :