Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LES DRONOGRAPHES OU LA POÉSIE DE L’IMAGE :

Jérémie Lippmann et Basile Dell se sont associés pour créer Les Dronographes qui utilisent la technologie des drones pour filmer des lieux et des évènements au quatre coins du monde.  La technologie des drones permet de tourner désormais des images qui étaient autrefois difficiles à obtenir.  Un drone bien piloté est capable de se faufiler dans des endroits impossibles à l'inverse des hélicoptères d’une taille trop importante et d’un coût immédiatement prohibitif.  Le drone ouvre désormais de nouvelles perspectives pour la télévision, la publicité, le cinéma, les clips, les évènements artistiques contemporains.  Mais avec les Dronographes le travail de l’image s’augmente d’une touche de poésie  inattendue dans le domaine de l’image aérienne.  Les effets de profondeur et de contraste sont tout à fait saisissants et  orientent différemment  le regard.  Que ce soit en couleur ou en noir et blanc  Lippmann et Dell réalisent de petits chefs d’œuvres  qui renouvèlent totalement notre  vision du documentaire. Un drone  peut voler à hauteur d’homme et s’élever très progressivement en augmentant  le champ de vision d’autant.  Le traitement de l’exposition Lee Ufan au château de Versailles  joue justement  sur  ces effets de perspective qui  nous permettent d’analyser le travail de l’artiste sous un jour tout à fait original.   Même constat à propos du documentaire  sur la construction du nouvel auditorium de la maison de la Radio.  Lippmann et Dell ont opté pour un traitement chronologique qui  révèle progressivement l’évolution des travaux jusqu’à leur terme.  Passionnante contraction du temps qui nous plonge  au cœur d’un chantier monumental  hors du commun.  Les Dronographes ont aussi tourné par moins 45°en Laponie : conditions  extrêmes,  traversées d’immenses étendues sur un traineau  tiré par un attelage de chiens, sapin hauts comme des cathédrales,  neige immaculée sur des distances infinies.  Les images sont saisissantes  et semblent pénétrer la profondeur du silence  de ces contrées de contes de fées.

 Avec les Dronographes les drones ont gagné leurs lettres de noblesse en ouvrant une porte inattendue sur un imaginaire qui flirte souvent avec l’onirisme et qui suggère bien des possibles à venir. Regardez les extraits de leurs documentaires  sur leur site, ils valent le coup d’œil : http://www.lesdronographes.com

ARCHIBALD PLOOM

 © Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :