Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA REVOLUTION ANGLAISE 1603-1660 de BERNARD COTTRET :

 Le titre de l’ouvrage de Bernard Cottret “La révolution anglaise -1603-1660” souligne d’emblée que la révolution religieuse, politique et sociale s’est inscrite dans un temps long de plus d’un demi-siècle.  Cet évènement, situé à mi-chemin entre la Renaissance et l’âge industriel, fut crucial pour l’émergence des mondes modernes en accouchant d’une société caractérisée par son régime parlementaire, tout à la fois son hostilité à l’arbitraire et son attachement à la propriété privée et enfin sa méfiance envers l’impôt.

A la différence des Français, les Anglais sont peut-être moins radicaux dans les réformes mais ils font preuve d’un pragmatisme qui ne se démentira jamais malgré les batailles, les exécutions et les assassinats.  “La révolution “britannique” trouva son acte inaugural dans les toutes premières années du XVII ème siècle. Lorsqu’un roi d’Ecosse succéda paisiblement à la dernière des Tudor, Elizabeth Ière, l’union des royaumes était, comme toutes les idées neuves, une aspiration déjà ancienne.  En cette année 1603, une ambition multiséculaire semblait sur le point d’aboutir. En acceptant conjointement les couronnes d’Angleterre et d’Irlande, Jacques VI  d’Ecosse, relevait avec son audace tranquille  une sorte de défi. Les trois royaumes se trouvaient providentiellement placés sous un même monarque tout en restant distincts. Nul n’en mesurait encore toutes les conséquences. Cette sainte trinité  n’avait même de sens qu’à condition que chaque entité demeurât différente des deux autres. La tâche se révéla insurmontable ; Jacques Ier tenta l’unification des royaumes, ses peuples résistèrent.”

L'essentiel du problème passe évidement par cette problématique : unir un royaume constitué de royaumes, unir des peuples séparés par des mers ou des siècles de ressentiments. 

En vérité cent trente-quatre ans avant les Etats-Unis et cent cinquante ans avant la France, l’Angleterre accomplira sa révolution politique et sociale.  Là où les Français élaborent d’emblée les droits de l’homme, les Anglais s’intéressent exclusivement aux droits des Anglais. C’est sans doute ce qui a permis à ces derniers au XXeme siècle de décoloniser rapidement et sans trop de dégâts à la différence des Français qui se sont embourbés dans leurs contradictions et leur manque de pragmatisme….

Bernard Cottret a résolument choisi le temps long car il n’a pu se résoudre à limiter cette révolution à quelques dates clefs :  1625 couronnement de  Charles Ier ou 1640 avec la convocation du Long Parliament.  Ce qui est certain c’est que l’histoire de l’Angleterre va offrir la mise à Oliver Cromwell  qui va devenir Lord Protecteur, l’équivalent d’un dictateur antique : un gentleman qui savait sa condition provisoire et s’en remettait à la providence  concernant son avenir. Car on oublie trop souvent que l’Angleterre fut, à la mort de Charles Ier, une République… expérience politique certes courte mais bien réelle. Comme souvent la République se mua en puissance conquérante qui entama d’emblée une guerre de conquête et d’annexion à l’encontre de l’Irlande et de l’Ecosse.  La République fera en définitive l’Union des trois couronnes.

Cromwell sera l’accoucheur de l’unité des îles britanniques, il a réalisé par la force ce que les Stuart n’avaient pas réussi par la “contiguïté des territoires” et la “communauté des couronnes”.

 L’Angleterre, l’Irlande et l’Ecosse ne sauraient être traités isolément. La révolution  britannique  dont il est question dans cet ouvrage n’est pas seulement la somme arithmétiques de trois histoires nationales.

Observée depuis la France, la Révolution d’Angleterre  voit le triomphe des continuités.  Au terme de son ouvrage Cottret s’interroge : “Ennemis des rois, Cromwell était-il vraiment un ami des parlements, lui qui avait si bien su les purger, les dissoudre et les réprimer ? Tout le génie de l’Angleterre tient bien à cet équilibre entre la violence et la civilité, l’histoire réelle et celle, idéalisée, de la commémoration patriotique ou du souvenir civique.”

Un ouvrage important  pour tous ceux qui veulent approfondir la connaissance de l’histoire de notre si cher ennemi…

HUGUES DE SINGLY

© Culture-Chronique --                                                

- -      Commander LA REVOLUTION ANGLAISE

- -       Découvrez les sélections de votre libraire

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :