Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MADAME DE STAEL de Laurence DE CAMBRONNE :

 S’il avait fallu connaître une femme à la croisée du XVIIIème et du XIXème siècle c’est bien Germaine de Stael à laquelle Laurence de Cambronne consacre une belle biographie où se mêlent les exigences d’une puissante réflexion intellectuelle, les transports d’une vie amoureuse et les engagements d’une femme de caractère dans la société de son époque.  Germaine de Stael  militera pour le divorce, pour le droit des femmes au bonheur, pour la liberté d’expression et l’abolition de l’esclavage. Sa pensée d’une grande acuité sera en soi la synthèse d’un siècle des Lumières qui changea profondément les mentalités en occident.

Fille de Jacques Necker, banquier Suisse, qui sera en son temps ministre des finances de Louis XVI, qui, face aux résistances de la noblesse française ne parviendra pas à réformer le royaume et jette l’éponge en 1781. Sa femme Suzanne Necker consacrera une partie de la fortune familiale à l’hôpital parisien qui porte encore le nom de la famille.

A la même époque Louise Necker épouse en 1786 le baron Eric de Staël-Holstein. Elle est l’une des plus grandes fortunes d’Europe par son père et accède à la noblesse européenne par son mari. Elle décide de changer de prénom, elle s’appellera désormais Germaine de Staël …

Ses débuts à la cour son catastrophique mais ceux qui s’amusent de son comportement maladroit ne savent pas encore qu’elle est l’avenir et qu’ils seront quelques années plus tard les grands perdants de l’histoire.

Germaine reçoit beaucoup dans son salon rue du Bac.

Ce salon est le début éblouissant de ce qui deviendra « le Groupe de Coppet », du nom de son château en Suisse, l’Elysée intellectuel de toute une génération, le rendez-vous de l’intelligentsia européenne. Elle connaît Voltaire et Diderot, le tsar de Russie et le roi de Suède, Jefferson et Lord Byron. Ses amis s’appellent Juliette Récamier, Talleyrand, Lafayette ou Chateaubriand. Elle est riche mais n’est guère économe avec ses amis qu’elle gâte et pour lesquels elle dépense sans compter.

   Elle est aussi un auteur prolifique qui ne publiera pas moins de quinze ouvrages dont le célèbre « De l’Allemagne ». Ces ouvrages seront lus dans toute l’Europe où sa voix porte  mais ce qui lui vaut aussi des inimitiés tenaces comme celle de Napoléon qui voit chacun des ses livres comme une attaque personnelle contre lui, l'obligera bientôt à s’exiler où elle emmène avec elle son amant Benjamin Constant. Car Germaine est une amoureuse passionnelle. Elle se donne facilement aux hommes – on ne compte plus ses nombreuses aventures – et elle tombe amoureuse à chaque liaison. Elle envahit les hommes d’une passion dévorante, insatiable et souffre d’être délaissée parce qu’elle les a étouffés de son amour. Germaine a cinq enfants de quatre pères différents et, en mère fusionnelle, les emmène partout avec elle à travers l’Europe au cours de ses innombrables voyages. Malheureuse en amour,  elle ne sera jamais reconnue sur le plan intellectuel à la hauteur de ce qu’elle produisit. Tout simplement parce qu’elle était une femme dans un siècle où les hommes régnaient sur presque tout.  La révolution française s’arrêta là où commençait la condition féminine. 

Germaine de Staël mourra épuisée à 51 ans.

Laurence de Cambronne, qui fut rédacteur en chef du magazine « Elle », nous propose un portrait alerte d’une femme attachante, aveugle en amour mais lucide sur le sens de l’histoire  et la place des femmes dans la société.  L’auteur reprend pour nous dans un style maîtrisé et une scénographie impeccable  les grands moments de la vie de celle qui ouvrira avec Goethe la voie du romantisme. Un livre qui se lit comme une enquête haletante  nous plongeant au cœur d’une vie riche en péripéties, en circonstances historiques et en amitiés exceptionnelles.    

 ARCHIBALD PLOOM

 © Culture-Chronique --                                                

- -      Commander MADAME DE STAEL

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

--  Communauté Facebook CULTURECHRONIQUE    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :