Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE SYSTÈME d'ANTOINE RAULT :

   Antoine Rault est l’auteur du « Diable Rouge », pièce nommée sept fois aux Molières et qui reçut le Globe de Cristal de la meilleure pièce, autant dire que c’est un auteur qui connaît son métier et sait construire  une fable dramaturgique qui captivera son public de bout en bout. « Le Système » constitue un pas de plus dans l’élaboration d’une œuvre exigeante et inspirée .

   La pièce raconte comment, au moment  de la Régence, John Law  - prononcer Lass - tenta de dématérialiser pour la première fois la monnaie en passant à la monnaie papier.  Sa vision est incroyablement novatrice. En bon anglo-saxon il voit dans le commerce  international l’une des clefs de la propérité des nations  « On ne gagnera pas les guerres avec des soldats mais avez des marchandises… »  La monnaie papier sera donc un facilitateur  et un accélérateur des échanges à l’intérieur et entre les grandes nations : « Pour libérer les échanges, il faut un système qui rende tout facile, simple et rapide. L’or, c’était le monde d’hier.  Une chose lourde et incommode qui entrave le développement. Ma monnaie, c’est le monde de maintenant. »  Il va plus loin en suggérant au duc d’Orléans, qui dirige alors le pays,  que le futur verra aussi la monnaie papier disparaître à son tour…

   Au moment où Law tente d’installer  ce système révolutionnaire  le royaume de France est exangue. Louis XIV a ruiné le royaume en  l’entrainant dans des guerres incessantes qui vidèrent les caisses de l’Etat.  Le Régent Philippe d’Orléans et  l’Abbé Dubois, qui sera en quelque sorte sont premier ministre,  ont hérité d’un royaume à la limite de la  désagrégation. Il vont développer une diplomatie de paix intelligente ayant pour résultat la signature de la Quadruple alliance avec l’Angleterre,  la Hollande et l’Autriche mettant ainsi fin aux velléités de Philippe V d’Espagne de monter sur le trône de France. Reste que l’économie du royaume est au plus bas. Il faut se résoudre à augmenter les impôts, baisser drastiquement les dépenses mais cela est loin de suffire.

  John Law va  insuffler un souffle novateur au cœur d’une économie ruinée : il dématérialise certes la monnaie, mais il créé la première Banque Royale, ancêtre de la Banque de France,  et lance la « Compagnie du Mississipi » première société internationale par actions. Mais si l’homme est génial son optimisme et sa confiance inébranlable dans son système vont le conduire à sa perte. Tous conspirent autour de cet étranger volubile et si sûr de lui. Law bouscule trop les conservatismes et sa vision du développement de la richesse favorise finalement les laborieux aux détriments de ceux qui, bien nés, ne travaillent pas.  Law engage une révolution sociale sans le savoir, trop certain de maitriser la science économique, il oublie les ressorts humains qui tissent l’action politique. Dans une société de privilèges et d’honneurs cet idéaliste était condamné. La banqueroute qui s’ensuivra l’obligera à quitter le pouvoir dans le déshonneur alors même qu’il était persuadé qu’il avait intallé le système économique le plus honnête qui soit.

   Le travail remarquable du dramaturge  met en évidence les difficultés à réformer économiquement un pays – le temps des réformes est long là où les résultats sont souvent attendus sur le court terme - tout en faisant affleurer l’irrationalité qui conduit souvent les comportements humains dans ce domaine.  

   Les échanges qui mettent en scène  Law, l’abbé Dubois, Philippe d’Orléans, le financier Joseph Pâris, sont alertes et plein d’esprit. L’action avance à travers des dialogues où l’intelligence la dispute à la pédagogie. On sort de cette pièce plus éclairé sur cette période clef de l’histoire de France et on se régale de surcroît de la conclusion de quelques pages que nous propose le dramaturge au terme de l’ouvrage. 

 ARCHIBALD PLOOM

 © Culture-Chronique --                                                

- -      Commander LE SYSTEME

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

--  Communauté Facebook CULTURECHRONIQUE    

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :