Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MARC-ANTOINE de Pierre RENUCCI :

 Après nous avoir proposé un excellent “Auguste, le révolutionnaire l’historien  Pierre Renucci a tenu à rendre à Marc-Antoine ce que la vérité historique lui devait.  Spécialiste des empereurs juli-claudiens à qui l’on doit aussi un “Tibère”, un “Caligula” et un “Claude” Renucci nous livre un roboratif et passionnant“Marc-Antoine” de plus de 500 pages où il rectifie quelques contre vérités que le cinéma hollywoodien a contribué à répandre sur la personnalité de celui qui gouverna pendant dix ans l’Orient romain.  Non Marc-Antoine n’était ni le jouisseur ni le soudard décrit sous les traits de Richard Burton dans le “Cléopâtre” de Joseph L.Mankiewicz de 1963.  Cette réduction historique cache au contraire une personnalité complexe et visionnaire qui permit de stabiliser la partie orientale du jeune empire romain. 

Le 14 janvier – 83 naissait Antoine d’une famille de noblesse  plébéienne. Il connut peu son père qui disparu très tôt et grandit dans une Rome livrée à la guerre civile. Né au temps de Sylla, enfant et adolescent au temps de Pompée, jeune adulte quand monte l’étoile de César, Marce-Antoine a commencé sa vie quand débutait l’époque des impérators. Très tôt il a appris que le pouvoir appartient désormais à ces généraux, enrichis par le butin des victoires, ces maitres des légions seuls capables de fournir un minimum de sécurité avant de rétablir peut être la paix civile.

   La République se meurt – notons que l’historien prend le temps dans son prologue de nous rappeler ce qu’était réellement cette République - et Marc-Antoine va contribuer à sa chute en étant l’un des bras armés de César qui commença son Cursus Honorum en – 69 à 31 ans.  Marc-Antoine participa à la guerre des Gaules avec César où il joua un rôle non négligeable puis permit rapidement à son patron d’asseoir son emprise sur l’ensemble de l’Empire, sauva Rome de l’anarchie et écrasa les forces républicaines.  Vison, détermination et goût du commandement font de Marc-Antoine un véritable chef. Mais l’adoption secrète de d’Octave par César préfigure déjà que l’avenir de Marc-Antoine risque d’être compliqué. Quand César est assassiné en - 44 l’histoire prend un nouveau cours et Octave devient rapidement consul de Rome.  Les deux hommes vont se partager l’empire, l’Orient pour Antoine et l’Occident pour Octave. Chacun connait l’histoire d’amour entre Antoine et Cléopâtre qu’Hollywood a transformé en passion brûlante et dont Pierre Renucci relative tout de même la portée quant au destin d’Antoine. Mais il est vrai qu’avec l’aide de la reine d’Egypte Antoine parvint à renforcer ce jeune Empire qui allait de l’Atlantique à l’Euphrate.

   Mais Octave et Antoine comprennent assez vite que l’évolution dyarchique en cours présentait un risque de brisure de l’Empire. L’Occident latin et l’Orient grec recouvraient en effet deux modes différents façonnés par la géographie, l’histoire, la culture et la langue. Au fond la logique historique voulut qu’il y eut un chef de trop et ce fut Marc-Antoine qui perdit la bataille d’Actium. Lui et Cléopâtre se suicidèrent laissant la route libre à Octave.

   L’intérêt de l’ouvrage tient moins aux évènements historiques qui sont bien connus mais à la description minutieuse de la personnalité de Marc-Antoine face aux évènements qui le montre souvent inspiré et visionnaire. Mais sa défaite face à Octave doit aussi beaucoup à sa naïveté et à la personnalité exceptionnelle de son adversaire.  Pour l’historien il est inutile d’accorder la lointaine paternité de la scission de L’Empire, pour reconnaître l’importance de son rôle historique. Second de César, il est l’un des acteurs principaux de la révolution romaine qui constitue une étape fondamentale de l’histoire romaine et mondiale. C’est en effet qui ouvre la voie au régime nouveau. Actium ne départage pas deux camps fondamentalement opposés, mais deux hommes qui avaient tous deux la légitimité pour bâtir ce régime nouveau issu de la révolution victorieuse. Complices plus qu’ennemis, Antoine et Octave accouchèrent l’histoire de cet Empire. Mais comme dit l’expression latine “Malheur au vaincu !” Le triomphe d’Octave ramena pour l’histoire Antoine à la condition de “Monsieur Cléopâtre”.

   Ce “Marc-Antoine” est la promesse de belles soirées en perspective, il ne faut pas le manquer. 

PIERRE-ANDRE D'AGUESSEAU

© Culture-Chronique --                                                

- -      Commander MARC-ANTOINE

- -       Découvrez les sélections de votre libraire

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE   

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :