Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L’INNOCENCE DES BOURREAUX de BARBARA ABEL :

 - "Tous à terre! Le premier qui bouge, je le bute!".

Joachim Fallet est un pauvre marginal. Il a sombré dans la drogue depuis quelques années et ne peut plus en sortir. Il est régulièrement en manque et doit sans cesse trouver de l'argent pour acheter ses  substances. Aujourd'hui, une nouvelle fois, ses membres s'ankylosent, il est urgent de trouver une solution. Il erre dans les rues de la ville, renonce à entrer dans une banque et choisit au hasard un supermarché. C'est dans cette ambiance un peu glauque que commence « L’innocence des bourreaux » de Barbara Abel mais, très vite, l'auteure nous conduit sur des chemins imprévus.

Qui sont ces inconnus présents dans ce magasin? Nous plongeons dans leur intimité et connaissons rapidement les raisons qui les ont poussés à venir  faire quelques courses. Le bourreau  va vite braquer le caissier pour récupérer le contenu de la caisse mais il doit aussi maitriser les quelques clients pour réussir son coup. Ils ont tous, à cet instant, conscience de la fragilité de leur existence, la panique est à son comble même si les réactions des uns et des autres est très différente.   Il faut désormais désarmer, neutraliser ce fou furieux pour sauver sa peau. Qui va s'y employer? Geneviève Dethy, quatre vingt trois ans; Michèle Bourdieu, son aide familiale;  Aline Verdoux, mère d'un jeune adolescent; Guillaume Vanderkeren, le caissier; Léa Fronsac, jeune mère;  Sophie Cheneux vingt deux ans ou Thomas Piscina son amant du jour? La libération  viendra finalement de l'extérieur mais ouvrira t-elle véritablement les portes de la liberté? Chacun parviendra t-il à reprendre le cours de son existence comme si rien ne s'était produit?

Pas si simple d'endosser le costume de victime, il peut vite se confondre avec celui du bourreau. Le tortionnaire d'un jour va, sans le vouloir, permettre de dépoussiérer le passé de ses martyrs et les révélations ne seront pas sans conséquence. La naïveté et l'ignorance conduisent elles à l'innocence ou peuvent-elles un jour flirter avec la culpabilité et la responsabilité? 

SYLVIE LAVAINE  

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE  

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :