Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA RENAISSANCE : 112 Rue Championnet Paris18 eme :

 Si vous cherchez un bistrot dans le style de la Belle Epoque, il n’y a pas de doute  “La Renaissance” vous tend les bras du côté du XVIII eme arrondissement. Chaises en bois, banquette de moleskine rouge, bar circulaire aux boiseries ouvragées, murs jaunis et patinés, vitraux fleuris et  deux peintures signées Gateau et Keisser.  Tout dans cet espace suggère le début du siècle dernier celui qui vit naitre “La Renaissance”. Ce  bistrot désormais centenaire continue de bruisser des conversations des clients, du tintement des verres et des allers et retours des serveurs au moment du coup de feu. Depuis 1903 “La Renaissance” ne désemplit pas.  Les habitués aiment se retrouver  dans ce cadre qui rappelle un Paris disparu.  Le lieu est d’ailleurs si pittoresque qu’il a servi de fond d'écran à quelques films mémorables.  Tout commence en 1974 avec le tournage du “Mouton enragé”  de Michel Deville  avec Jean-Louis Trintignant et Romy Schneider et en 2009  Quentin Tarantino vient tourner une scène de “Inglorious Bastard” avec Mélanie Laurent . Entre temps pas moins de sept films seront tournés entre les murs de “La Renaissance”  dont “Les Ripoux” en 1984  et “La petite voleuse”  de Claude Miller en 1988 ou encore “Fanfan” d’Alexandre Jardin en 1993.

   Le service est rapide, familiale et sympathique, on connait les clients et quand on ne les connait pas on les respecte.  “La Renaissance” n’est pas un bistrot à touristes. Sans doute à cause de son positionnement géographique légèrement excentré par rapport aux grands axes touristiques de la capitale. Aucun autocar ne fait tourner le moteur devant la terrasse en attendant que ses cinquante voyageurs ne s’engouffrent de nouveau à l’intérieur après avoir mangé sur le pouce. La clientèle est constituée pour une une bonne part d’habitués mais aussi d’amoureux du cinéma qui demandent au patron où étaient assis Thierry Lhermitte et Philippe Noiret au moment du tournage des “Ripoux” et qui sont bien malheureux de constater que la place est déjà prise.

   La carte est attractive mais le résultat dans l’assiette s'il satisfait l'appétit nous laisse un peu en chemin.  Les propositions sont roboratives mais restent classiques et sans imagination. On ne découvrira rien de transcendant sous sa fourchette.  L’oeuf cocotte au Cantal ne réserve aucune surprise et le Jambalaya de Poulet, clin d’oeil poussif à la Louisiane est d’un exotisme assez hexagonal. Quant au tiramisu il n’est, de loin, pas le meilleur que vous mangerez.  Reste qu’on ne peut être indifférent à l’ambiance très familiale de ce bistrot qui fleure bon un Paris souriant et gouailleur. Après tout si la carte pêche par excès d’optimisme on ne peut lui reprocher une vraie sincérité dans sa volonté de satisfaire une clientèle recherchant d’authentiques nourritures terrestres.

A découvrir donc pour le cadre et le service bon enfant mais aussi les conversations des habitués qui sont un théâtre à elles seules. Et puis si vous demandez au patron un petit verre de rouge qui fait du bien, il devrait pouvoir vous trouver ça.

L’adresse : 112 Rue Championnet  Paris18 eme 

                                    01 46 06 01 76

Les prix : Les plats tournent autour de 15 euros,  si vous rajoutez l’entrée et le dessert aux alentours de 30 euros et l’addition peut filer jusqu’à 50 euros si vous aimez le bon vin.

ARCHIBALD PLOOM   --------------------------------

- -       Découvrez les sélections de votre libraire

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :