Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 90 : ALICIA À NY :

- Alicia, partez ! quittez vos habitudes ! dépassez vos peurs ! réalisez un rêve ! Vous verrez cela vous fera le plus grand bien.

Pour me lancer dans ce projet que j’estimais au-dessus de mes forces.

Il me fallait un but, une motivation, une envie, un rêve.

Un coup de pouce ou un coup de pieds aux fesses.

D’évidence la raison qui méritait que je me secoue, s’est offerte à moi : aller voir les tableaux de Rothko au Moma.

Voilà ce qui m’inspirait !

Partir à la dernière minute  pour NY, sans rien  avoir anticipé cela impliquait des places d’avion hors de prix, pour aller affronter une chaleur d’été écrasante.

J’allais devoir  pour cette folie étouffer mes peurs et casser ma tirelire qui ne possédait pas de double fond.

Je n’ai pas réfléchi. Je n’ai ni analysé, ni pesé, ni évalué le pour et le contre.

Sans quoi jamais !

Je me suis lancée dans le vide sans parachute.

Je suis partie une semaine avec un ¼ de valise pour les médocs au cas où … bien que les probabilités que j’attrape tout ce que j’avais imaginé avoir étaient ridicules, ¼ de la valise pour les livres , ¼ pour  mes vêtements et ¼ pour les hypothétiques achats aux USA cadeaux ou autres futilités.

Le catalogue du Moma pesait une tonne j’avais  bien fait de prévoir de la place au retour il a plombé ma valise à lui tout seul.

Et puis là-bas j’ai pris une claque.

Tout était TROP  et paradoxalement je n’avais pas assez !

Pas assez de temps, pas assez d’yeux pour tout voir, pas assez d’argent, pas assez de pieds pour en changer et pouvoir marcher jour et nuit, pas assez d’appétit pour avaler les portions géantes, pas assez le sens de l’orientation pour éviter de me perdre dans Manatthan et économiser les distances, pas assez de vocabulaire pour converser aisément … et trop

Trop d’envies à assouvir.

Trop plein les mirettes.

Trop de bruits, trop de monde.

Trop top

Trop génial.

Pour un séjour trop court. 

J’ai noté dans un coin de ma tête dans une de mes nombreuses listes.

Retourner à NY, y rester plus longtemps !

J’ai pleuré devant les toiles de Rothko.

Pleuré d’être là si loin de chez moi mais si près de moi.

 ALICIA RAHO 

© Culture-Chronique -                                               -

--   Lire la séance suivante

--   Découvrez les sélections de votre libraire

--   Relire le feuilleton des séances depuis le début

--   Le site de l'illustratrice

--   Le Facebook d'Alicia RAHO

--     S'inscrire à la Newletter 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :