Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
UN ETE A BLUEPOINT de Stuart NADLER :

 On se souvient du remarquable recueil de nouvelles de Stuart Nadler intitulé “Le Livre de la vie” paru en 2013. Son premier roman “Un été à Bluepoint” vient confirmé le talent du jeune romancier Nord américain. On retrouve avec plaisir ce style inimitable qui plonge au coeur de la vie des personnages en faisant progressivement émerger leur complexité. Nadler démontre aussi une véritable maîtrise de l’histoire américaine.  Son récit se déroule dans les années 50, Hilly le fils d’Arthur Wise découvre Bluepoint où son père a décidé de s’installer avec sa famille après être devenu l’un des plus puissants avocats américains.  Il a fallu quitté New York  pour se retrouver dans une station de bord de mer, loin de tout.  Son père passe ses journées à travailler et ses soirées à boire. La famille Wise est juive sans être vraiment attachée aux traditions. En achetant la maison de Bluepoint elle hérite de Lem Dawson, le “boy de couleur” qu’Arthur Wise oblige a faire d’incessants allers et retours entre leur maison et celle de son collaborateur qui s’est installé aussi à Bluepoint. Le jeune garçon se lie d’amitié avec le vieil homme. Ses rapports avec son père qui se noie dans l’alcool sont difficiles. Progressivement il se rapproche de Savannah la nièce de Lem qui vit dans un certain dénuement mais son père voit cette relation d’un très mauvais oeil.

Nadler explore le rêve américain en pointant ses contradictions. Le personnage d’Arthur Wise est remarquablement planté. Ambitieux, souvent sans vergogne, alcoolique et obsédé par la réussite, il méprise les gens de couleur. Son fils représente déjà une évolution sensible par rapport à la génération précédente.  L’écrivain avec une acuité remarquable fait affleurer les rouages d’une société terriblement inégalitaire où l’individualisme prime et où la réussite sociale est l’étalon or d’une vie réussie.  Le jeune Hilly va laisser quelques illusions au coeur de l’été 1952, le poids des conventions sociales et des préjugés auront raison de ses espoirs. Quelques années plus tard il tentera de comprendre ce qui s’est joué cet été là. 

Stuart Nadler nous offre une magnifique exploration de près de 50 ans d’Histoire américaine à travers le prisme d’une écriture totalement maitrisée. Il est impossible de ne pas ressortir bouleversé au terme de ce remarquable roman. 

ARCHIBALD PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

     Commander UN ETE A BLUEPOINT

  Découvrez les sélections de votre libraire

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE   

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :