Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
FREDERIC II - UN EMPEREUR DE LEGENDE de Sylvain GOUGUENHEIM :

 Sylvain Gougueheim médiéviste et spécialiste de l’espace germanique consacre un ouvrage considérable à Frédéric II Staufen empereur qui régna sur l’empire romain germanique au XIIIeme siècle. Dans les Annales de Saint Justin de Passau on peut lire à son propos : “ Il fit bâtir avec constance des palais splendides et gigantesques, comme s’il devait être toujours victorieux, mais où il ne résida jamais. Il construisait des châteaux et des tours dans des villes et sur les montagnes comme s’il devait être assiégé chaque jour par des ennemis. Il faisait tout cela pour montrer sa puissance, susciter l’admiration et la terreur , afin d’imprimer la mémoire de son nom dans l’esprit de chacun et que l’oubli ne puisse jamais l’abolir. Né en 1194 de l’union entre l’empereur allemand Henri VI et de la reine de Sicile, Constance , Frédéric II était l’héritier de deux traditions : celle des rois normands de Sicile et celles des empereurs du Saint Empire. La réunion des deux lui confèrerait un pouvoir immense. Pourtant l’enfance du jeune monarque fut compliquée ce qui ne l’empêcha pas une fois majeur de prendre en main le destin d’une Allemagne en proie à la guerre.  

Sylvain Gouguenheim met en évidence comment Frédéric II va transformer l’exercice du pouvoir en art de gouverner. Face au terrifiant héritage qu’il reçoit en partage Frédéric procéder par étapes : pacifier l’Allemagne et reprendre le contrôle de la Sicile.

Pourtant la réussite de celui qui va devenir comme un véritable mythe de son vivant ne sera jamais complète.  En effet celui que l’on présente parfois comme un Napoléon médiéval devra affronter son fils Henri VII qui se révolta contre son père alors même  que ce dernier l’avait placé sur le trône  tandis qu’il  s’en allait chercher la couronne impériale et reprendre en main le royaume de Sicile.  Comme l’empereur n’avait pas abandonné son titre de roi des Romains, l’Allemagne, de fait, était placé sous un régime de double monarchie, situation originale, voire unique en Europe.

Frédéric II resta éloigné de l’Allemagne près de 15 ans et quand il revint son fils avait repris un ascendant politique considérable ce qui engendra une violente opposition entre les deux monarques. Cela n’empêcha pas Frédéric de promulguer l’édit de Mayence en 1235 qui doit être considéré comme un édit de paix générale.

Par ailleurs son souci de diriger le monde en dehors du contrôle de l’église le montre attaché à construire sa souveraineté envers et contre tout.  Il tomba victime des papes, dans un conflit qu’il n’avait sans doute pas souhaité, du moins pas avec cette intensité et cette durée.   A sa mort Frédéric voulu être enterré en Sicile où il avait passé en enfance.  Il contribua à fabriquer son mythe  en se qualifiant lui même de divin, à l’instar des empereurs de Rome.  Il fonda des villes qu’il baptisa d’étranges noms, à la fois antiques et héroïques : Augusta, Victoria, Héracléa ; il bâtit un Etat gouverné par la justice , dont il se disait à la fois le Père et le fils. Il forgeait un monde.  Dominant l’Allemagne, l’Italie et le royaume de Jérusalem, son objectif fut partout et toujours le même : exercer et défendre les droits royaux et impériaux, en usant avec souplesse des possibilités offertes par les situations locales.

Le travail de Sylvain Gougueheim basé sur l’exploitation des archives allemandes, italiennes et françaises permet de tracer les contours d’un monarque médiéval fascinant  et aux ambitions hors normes.  400 pages d’un texte serré et dense accompagné de cartes et de tableaux généalogiques qui permettent de sortir du mythe pour d’approcher au plus près de la réalité d’un règne qui éclaira son époque. 

HUGUES DE SINGLY

© Culture-Chronique --                                                

- -      Commander l'ouvrage

- -       Découvrez les sélections de votre libraire

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  S'inscrire à la Newletter

--  La communauté Facebook CULTURECHRONIQUE   

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :