Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LES BEAUX ÉTÉS TOME 2. LA CALANQUE de ZIDROU et JORDI LAFEBRE :

 Parfum de crème solaire, tâches de sel sur la peau et corps tiède d’une journée de farniente voilà les ingrédients indissociables de l’été. Les auteurs reviennent avec un album empreint de poésie et d’humour dans lequel les relations familiales sont agréablement harmonieuses. Après « Cap au Sud », les auteurs retrouvent leurs personnages pour de nouvelles vacances.

C’est un album joyeux qui célèbre la lumière de l’été, la légèreté de la vie et les plaisirs simples. Un album qui se lit comme on sirote un verre de rosé frais ou un jaune aux glaçons qui tintent. Dans ce deuxième tome, on revient en arrière par rapport au tome 1. On est plongé en 1969, au milieu de la même famille un brin loufoque et follement attachante. Embarqués de Belgique en 4L, on s’achemine dans un insolite road-trip au rythme des rencontres et des pauses. C’est un album qui fête la famille et sa folie douce, la joie de vivre et les menus plaisirs de l’été: un bain de mer, le soleil qui chauffe et colore la peau, une chanson qu’on chante à tue-tête. Le trait est à l’image du sujet léger, coloré et lumineux. Le style de l’époque est retranscrit fidèlement dans les moindres détails du papier peint à motif aux maxi lunettes ou encore les pantalons pattes d’eph’.
On suit la famille dans ses activités simples et quotidiennes: les enfants qui tentent sans relâche de pêcher à l’épuisette, le plaisir délicieux de la glace qui fond, les bains de minuit ou le spectacle d’un coucher de soleil aux couleurs chatoyantes. Les points de vue dans les planches nous font vraiment suivre en plongée le vol du cerf volant sur la plage, en contre plongée celui des enfants aux masques s’émerveillant des poissons et crustacés.
On sent une communion joyeuse de cette famille avec la nature et les vacances dans cette calanque enchanteresse.
Cet album est une bulle d’optimisme dans une famille joyeuse et délirante. Ce tableau semblera peut être un peu trop idyllique et parfait, on se demande ce qui pourrait bien le perturber!? Absolument rien! Et c’est en cela que cet album est un petit morceau d’espoir, une bouée de légèreté, un petit bijou de lumière pour célébrer toujours l’été.

MARIE SATOUR 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :