Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 0 : COMMENT COMMENCER UNE PREMIERE SEANCE ? :

Elle a son cabinet rue Saint-Sulpice à Paris.

Un de mes quartiers favoris.

Un jour en me promenant je suis tombée sur sa plaque en cuivre sous une porte cochère.

Le nom m’a plu, façon comme une autre d’opérer un choix.

La situation géographique a influencé ma décision.

Prôche du Café des Editeurs, j'y croise des têtes d'inconnus qui me disent quelque chose et des figures connues qui ne me disent rien.

L’été, le tiramisu aux fraises des bois du Café des Editeurs est tout simplement divin !

J'ai mes rituels, je descends au métro Odéon quand je suis pressée, au métro Saint-Placide quand j'ai le temps de flâner, au métro Saint-Sulpice quand me prend une crise aiguë de  spiritualité qui me pousse dans l'église du même nom.

Je suis une agnostique qui aime les églises et qui ne se prive pas du plaisir d'y faire brûler des cierges. A chacun ses contradictions…

Adolescente je priais pour que la vierge Marie ne m'apparaisse pas. Jusqu'à aujourd'hui elle a obéi.

Je suis une authentique adepte de la bougie.

J'ai découvert celles du Comptoir des familles, Thé bergamote ou Conte d'un soir, j’aime leur parfum délicat, chaleureux, rassurant.

J'en allume une chaque jour, j'aime ces petites flammes qui vacillent dans ma vie, comme les feux fragiles d'un phare qui me guideraient.

Comme tout un chacun, je cherche mon chemin.

Voici pourquoi j’ai atterri chez une psy aujourd’hui.

Je suis arrivée en avance.

Seule dans la salle d'attente, je cogite. Mes pensées partent dans tous les sens.

Je détaille le lieu, pas très cosy. C'est bien la peine d'habiter un quartier comme celui là !

Quelques magazines, rien de bien folichon.

Ni Gala, ni Voici, le pire des salons de coiffure.

Ici on donne sa tête pour un shampooing interne, sans soin démêlant, sans massage décontractant et surtout sans bavardages insupportables.

Le salon de coiffure que je fréquente est peuplé de vieilles aigries qui déversent leur bile sur le  premier qui passe.

Je ne veux jamais leur ressembler… L'âge, c'est dans la tête selon le Docteur Ladoucette.

Il a écrit un livre sur le sujet.

Mais l’âge ne change rien à la méchanceté si ce n’est l’aggraver avec le temps, comme un haricot géant qui pousse en vous, et qui  vous fait sortir d'affreux poils du nez, des oreilles, des sourcils soudain indisciplinés.

Il est difficile d’aimer les vieux, ils nous renvoient une image d’un futur dont on ne veut pas.

Elle ouvre la porte avec un sourire bienveillant.

Comment commence-t-on une première séance ?

En disant bonjour, pardi !

Alicia RAHO© (2011)

 Lire la Séance 1

Texte tiré de "Monologue avec mon Psy"©. Publication autorisée par l'auteur  pour Culture Chronique©

  -                                                                               

  Le Facebook d'Alicia RAHO

  Le Facebook de l'illustratrice de Monologue avec mon Psy       

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :