Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MANHATTAN MARILYN de Philippe LAGUERRE :

 Lors de l’une des manifestations d’Occupied Wall Street dans le parc Zuccotti, Kristin heurte un quinquagénaire qui fait des clichés de participants de cette manifestation. Il s’appelle Nathan Stewart est photographe professionnel, et souhaite réaliser des photos d'elle comme symbole sur le combat qu'elle mène. Elle finit par accepter. Plus tard elle se rapproche de cette personnalité sympathique qui lui demande de choisir les clichés d’elle pour une exposition de son travail.
Kristin se rappelle alors de la présence dans son grenier d’une malle héritée de son grand-père, Edward Pyle, lui même photographe dont Stewart lui apprend qu’il faisait partie des grands photographes des années 1950-1960. Ils découvrent alors dans la malle des clichés inédits de Marilyn, en particulier l’un d’eux semble pris dans le désert avec une fusée au second plan.
Quand Kristin et Nathan décident d’utiliser ces photographies pour une nouvelle exposition, les ennuis commencent à s’accumuler. Visiblement ces clichés n’auraient jamais du sortir de l’oubli car un terrible secret d’état leur semble attaché. Traquée par une terrible organisation Kristin comprend que son destin est lié à celui de Marilyn. Elle va devoir remonter le temps et comprendre ce qui s’est passé durant les derniers jours de la vie de la star afin de percer le mystère qui entoure cette fin prématurée.
Philippe Laguerre réussit le pari difficile de nous proposer un thriller sur un thème où il aurait pu se perdre mais en bon connaisseur des Etats Unis, il parvient à contourner la difficulté grâce à un travail de documentation de grande qualité, une parfaite maîtrise de la narration et une caractérisation de personnages très réussie. Enfin « Manhattan Marilyn » est le roman d’un vrai connaisseur du quartier de Manhattan dont la présence pèse sur le récit jusqu’à son terme. Un roman finalement très New Yorkais qui affronte le refoulé américain avec beaucoup de justesse.
Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :