Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE LIVRE DE COMPTES d’Alain AUDEBEAU :

 Révignac, en Saintonge, avec son pont frangé de fer et la cascade fracassante d’une ruine de moulin. Révignac avec sa petite église à flanc de coteau, rustique et solitaire où l’on vient de célébrer les obsèques d’André Joubert sous la grisaille et l’humidité et dont il se murmure dans le village que sa fille Nathalie serait du sang des Bertounet. Cette famille n’était pas de Révignac mais de Montières, le village voisin, où ils firent fortune dans la forge et la quincaillerie entre 1860 et 1930. La disparition d’André Joubert c’est la mémoire de cette histoire qui va s’effacer. Mais il existe une autre mémoire familiale, celle d’Auclaire, l’écrivain qui a découvert au fond d’un grenier le fameux livre des comptes où pendant plus de soixante ans les Bertoumet ont tenu la chronique de leur vie et de leurs affaires. Chroniques fragmentaires qu’Auclaire voudrait remettre en ordre, retisser sa trame narrative à travers l’écriture d’hommes justement peu habitués à tenir la plume.
La force du texte d’Alain Audebeau tient justement à l’entremêlement des écritures du passé et de celle du présent. Mais retrouver la trame du passé exige une excellente mémoire et celle d’Auclaire commence elle aussi à défaillir. Deux mondes vont alors s’opposer, l’un parfaitement réel et l’autre imaginaire. Mais n’est ce pas au fond la forme romanesque qui est ainsi interrogée? Auclaire s’enfonce doucement dans un monde onirique où l’on ne sait plus très bien distinguer l’ordre du temps et l’authenticité des souvenirs.
“Le livre de comptes” est un roman surprenant, jubilatoire et brillant. L’écriture d’Audebeau sert cette remarquable fresque familiale avec humilité jouant avec bonheur sur les scènes dialoguées tout en construisant un appareil descriptif flamboyant. L’écrivain sait suggérer atmosphères et émotions avec beaucoup d’élégance et de raffinement, nous permettant de retisser les liens profonds qui nous unissent à l’humanité qui nous a précédés. Quatre cent pages imprégnées du destin des hommes. Une belle réussite littéraire à découvrir absolument.
Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :