Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LADYBOY de Perrine ANDRIEUX :

  Perrine Andrieux nous propose, avec “Ladyboy” un roman qui aborde la question complexe du genre à travers l’histoire de Jade qui nait garçon mais fille à l’intérieur. Certains diront qu’il s’agit de transexualité mais le personnage met immédiatement les choses au clair sur le sujet :” Je n’ai pas envie d’articuler le mot de transsexuelle. La partie sexuelle me dérange parce qu’elle exclut la véritable quête, renverse nos réalités et nous devenons triviales, hypersexuées insatiables, mercenaires à pénis et lingerie bon marché.” Les choses sont dites avec crudité mais elles ont le mérite d’évacuer la dimension fantasmatique qui est associée à ceux qu’on appelle aussi les “Ladyboy”, contraction qui réunit en un seul vocable deux réalités opposées et complémentaires.
“Ladyboy” est le roman d’une quête, celle d’un être qui veut franchir le grand fleuve du genre et assumer toutes les étapes de cette transformation. Le lecteur va accompagner pas à pas cette métamorphose qui n’a rien de simple tant au niveau physique que psychologique. On retrouve d’ailleurs à travers la trame narrative les quatre grandes étapes du bouddhisme :
“ Duhhka : la vie est une souffrance
Samudaya : trouver la cause
Nirodha : S’en libérer
Magga, la quatrième vérité, l’itinéraire à emprunter pour que la douleur cesse, que la plénitude se fasse sentir en profondeur de nos coeurs meurtris, de nos corps transformés.”
Stéphane, le mari français de Jade, doit traduire, une oeuvre poétique thaïlandaise du XVIIeme siècle, le “Khlong Nirat Hariphunchai” de Sithep. Travail ardu car le thailandais ne comporte aucune ponctuation ni majuscules ; de plus les voyelles peuvent se loger devant ou derrière une consonne mais aussi au-dessus ou en dessous. Cette langue révèle à elle seule un pays d’une grande complexité à bien des égards et que l’on découvre avec délice au fil des pages. Jade est bilingue et tente de l’aider mais leur relation de couple est parfois orageuse – on y apprend à l’occasion qu’il vaut mieux éviter de mettre une thaïlandaise en colère - et les épreuves s’accumulent.
“Ladyboy” est un roman émouvant et parfois profondément déstabilisant qui dévoile un parcours de vie complexe au coeur d’une Thaïlande que Perrine Andrieux nous fait découvrir, en évitant avec bonheur les clichés à propos de ce pays tissé de contrastes, de violence et de sagesse. Etonnant roman en vérité que ce “Ladyboy” qui tient beaucoup plus de promesses qu’on aurait pu l’envisager au départ.


Appoline SEGRAN

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter  

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :