Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
JOURNÉES ROUGES ET BOULETTES BLEUES de Olivier PERRET, Rémy BENJAMIN et Cyprien MATHIEU :

 Allumez la radio entre un tube de l’été, un point Bison Futé et un fait divers, pas de doute vous êtes sur la route des vacances!
Un père de famille a la queue leu leu, dans une voiture dont la malle est pleine à craquer, un ado, un enfant, le chien et la chaleur ça vous rappelle quelque chose?
François est sur l’autoroute des vacances, chargé comme un mulet et d’une humeur pas vraiment détendue. La famille est en route pour le sud et retourne dans la maison de vacances d’enfance de François. Ces vacances qui commencent comme toutes les autres se révèleront pourtant inoubliables! François, c’est un homme qui vit une ‘crise de la quarantaine’ avec son lot de problèmes de couples, soucis de communication avec son entourage et un retour dans son passé. Comme bien souvent c’est une succession de petits évènements qui vont bouleverser François et sa famille. Avec Clara, sa femme, qu’il a régulièrement au téléphone et ne semble pas vouloir arriver mais aussi avec l’étrange disparition d’Hermione la chienne. Baptiste, le fils est bouleversé par cette perte et se met à la chercher désespérément d’autant que étrangement d’autres chiens manquent également à l’appel dans les parages.
L’auteur maîtrise l’art d’introduire et de faire se rencontrer les différents protagonistes, mêlant à son récit de nombreux personnages, l’amour de jeunesse de François, le voisin et les habitants du coin qui rendent réaliste ce village qui s’anime chaque été.
Cette parenthèse estivale va constituer un véritable catalyseur dans l’existence de François, un séjour bouleversant pour chacun des personnages. En revenant dans la maison de vacances ce sont les souvenirs qui remontent mais aussi les regrets face à sa vie. Malgré lui, il dresse un bilan de son existence et se retrouve face à ses échecs et insatisfactions. Ainsi François va revivre une sorte de seconde jeunesse, prendre le temps de réparer ce qui peut encore l’être et réfléchir aux relations au sein d’une famille.
C’est un album qui rappelle qu’il n’est jamais trop tard pour donner du sens à sa vie et qui nous exhorte à opérer des changements tant qu’il en est encore temps!


Marie SATOUR 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter  

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :