Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 5 : ADDICTION AUX MAINS :

Il y a des jours où je n’ai aucune envie d’aller exposer ma vie.

Des jours où je me demande pourquoi je n’ai pas choisi de donner mon corps à masser toutes les semaines à la place de ces foutues séances.

Je suis une kinesthésique, une tactile, une sensuelle, j’adore les massages, à vrai dire heureusement que  j’ai un petit côté distant et fier, qui fait que l’on ne me touche pas facilement, ça me sauve, car je ne sais pas si je serais capable de résister aux mains …

Diable une main, pour peu évidemment qu’elle soit rattachée à quelqu’un de plaisant, comme cela peut être dangereux.

Ce n’est pas que je sois  en manque, c’est plutôt que je ne suis pas rassasiée, jamais, toujours plus, j’en veux toujours plus.

 

Une fois, j’ai croisé des mains magiques d’un surfeur blond pas vraiment mon genre au départ, tatoué mais doux comme un ange, il savait oindre mon corps d’huile d’amande douce et me caresser des nuits durant.

Il mettait de la zique et des bougies tout autour de la pièce.

C’était sans fin , mais il a fallu que cela s’arrête car je serais devenue un vraie dinde prête à mettre au four, je n’avais plus envie de rien faire mis à part me faire huiler.

Je volais vers lui le vendredi dans ma Oui-Ouimobile rouge , j’avalais la distance qui nous séparait sans hésiter, je revenais le dimanche soir sur un nuage .

Il me mitonnait des petits plats en sauce, je le soupçonne d’avoir essayé de m’engraisser pour avoir des cuisses plus grasses  et des fesses plus rebondies à pétrir .

Il aurait fait un excellent boulanger.

Un matin, je me suis réveillée, et avant d’être complètement anesthésiée par les massages émollients je me suis sauvée sans me retourner.

Il me restait un ressort que j’ai actionné pour me reprojeter dans l’action et le travail .

J’ai  dû subir un sevrage  brutal, j’ai mis un peu de temps avant de ne plus ressentir le manque.

Maintenant je me méfie de ma faiblesse.

La pédicure me masse les pieds, la coiffeuse la tête, le kiné le dos, je me paye un extra de temps en temps, un massage ayurvédique de la tête aux pieds.

Je suis une addictive qui peut succomber n’importe quand.  Ne me touchez pas !

Alicia RAHO (2011)  Texte extrait de "Monologue avec mon Psy"   

  Lire une séance 6

-                                                                                                                                 -

 --  Le Facebook d'Alicia RAHO 

  --   Le site de l'illustratrice  

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :