Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SOUS LA VILLE de Sylvain FORGE :

  Les éditions du Toucan s’affirment au fil des publications comme une valeur sûre dans le domaine du polar. Sa collection “Toucan noir” a déjà à son actif quelques jolies pépites auxquelles s’ajoutera à coup sûr le dernier roman de Sylvain Forge “Sous la ville”. On le sait, l’une des caractéristique du roman noir est de plonger ses racines au coeur de l’histoire de notre pays, se focalisant sur les périodes dont personne ne veut se souvenir. Parmi elles, la guerre d’Algérie que Sylvain Forge va laisser sourdre comme une source malfaisante tout au long des 400 pages d’une oeuvre au noir dont les ténèbres vont progressivement envahir la totalité du récit.
Nous sommes à Clermont Ferrand, capitale nationale du pneu, et le brigadier Adan Settara travaille pour l’unité de police judiciaire. Sa particularité est d’être un descendant de Harkis, ces algériens qui combattirent au côté des français et qui furent considérés comme des traîtres au lendemain de l’indépendance dans leur pays ; la mort assurée pour ceux qui restèrent en Algérie et un triste exil pour ceux qui choisirent une seconde fois la France qui leur rendit bien mal. Settara sait tout ça, lui qui connu bien des vexations de la part de la communauté algérienne dont il n’ignore cependant rien des réseaux au coeur des cités de la drogue.
L’intelligence de Forge est de déplacer le curseur vers des sphères auxquelles on ne pense pas en premier lieu. Tout bascule pour Settara quand des étudiants lui apportent une clef USB contenant les images insoutenables de l’assassinat d’une jeune fille. L’enquête s’avère rapidement compliquée et le brigadier va devoir faire preuve d’autant de doigté que de détermination pour percer les secrets qui entourent cet assassinat sordide.
“Sous le ville” est un roman qui explore les recoins les plus obscures de l’âme humaine et de l’histoire de notre pays. Adan Settara va devoir affronter à la fois des circonstances extrêmes mais aussi vaincre les démons qui hantent l’histoire des Harkis. La toile de fond Clermontoise en pierre volcanique, aussi sombre que les entrailles de la Terre, fonctionne comme la métaphore aussi dure, noire et tranchante que le coeur de certains hommes qui peuplent la ville… Sylvain Forge nous offre avec “Sous la ville” un thriller brillant dans la pure tradition du roman noir, saturé de peur, d’angoisse et de ressentiment.

Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :