Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
AU BONHEUR DES ILES de Bob SHACOCHIS :

  Bob Shacochis a mis en exergue de son recueil de nouvelles une citation de Joseph Conrad tirée d’”Au coeur des ténèbres” et qui annonce assez joliment le programme : “ Regarder une côte glisser au loin depuis le pont d’un navire, c’est comme réfléchir à une énigme. Elle est là, devant vous - souriante, renfrognée, aguichante, imposante, mesquine, insipide où sauvage, et toujours muette avec l’air de susurrer, Venez et essayez de me découvrir.” Nous voilà donc partis à la découverte de ce recueil de neuf nouvelles dans lequel l'écrivain révèle tout son talent de peintre de lieux infiniment exotiques. “ Il y a une boite de jazz à la Barbade où vous allez après le travail. Vous arrivez de la rue accablé de chaleur et vous vous frayez un passage jusqu’au bar, vous commandez une bière Banks glacée et puis vous prenez du bon temps en profitant du spectacle.” C’est comme ça avec Shacochis, vous n’avez pas mis un pied à la Barbade et vous n’y mettrez sans doute jamais les deux et pourtant vous avez l’impression d’avoir toujours connu cette ambiance où l’odeur de la sueur se mêle à celle des cigarettes que les gens fument dans la rue.
“Au bonheur des îles” est un recueil de récits où des êtres cabossés par l’existence tentent de se refaire, de se cacher ou tout simplement de vivre. Shacochis n’a pas son pareil pour croquer ses personnages en quelques traits d’encre de Chine. On pense parfois à Malcolm Lowry en lisant ses descriptions de lieu ou découvrant la psychologie de ses personnages. Et puis il possède une incroyable virtuosité lorsqu’il s’agit de construire des dialogues plus vrais que nature avec toujours une bonne dose d’humour et de dérision.
“ - Davis comment ça peut être Porto Rico ?
- C’est bien Porto Rico. On est passé à côté pendant la nuit”
Il se peut même que vous rencontriez Ulysse dans ce recueil où les personnages cherchent à retrouver leur Ithaque. On est assez stupéfié par tant de talent d’autant que la traduction de Sylvère Monod et François Harpe se met vraiment au service du travail littéraire et la langue de Shacochis.
Si vous n’avez pas assez pour vous payer un billet pour les îles, rassurez vous, Bob Shacochis vous propose un dépaysement total pour vraiment pas cher.
Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :