Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
CAVALE POUR LEIA de Marius FABER :

  Marius Faber frappe un grand coup avec ce premier roman. “Cavale pour Leia” est, en effet, un thriller inquiétant qui nous entraine dans une enquête à la fois exotique et haletante. A priori l’île de Saint Martin dans les Antilles passe plutôt pour une villégiature idyllique mais Marius Faber va transformer ce lieu paradisiaque en un piège infernal. Léia est une jolie métisse à la personnalité affirmée que vient d’épouser Pierre Sic, un photographe de mode. C’est à Saint Martin qu’ils passent leur voyage de noces. Tout se déroule pour eux comme dans les dépliant publicitaires, plages de sable blanc, délicieuses baignades et soleil autant qu’on peut en rêver. Mais la veille de rentrer le couple se dispute et chacun repart à l’hôtel de son côté. Pour Pierre une longue attente va commencer car Léia ne rentre ni cette nuit là, ni le lendemain, ni les jours qui suivent. Fou d’inquiétude Pierre va repasser tous les lieux où ils sont passés au peigne fin : les restaurants, les lieux de concerts, les endroits où ils se sont promenés, aucune trace de la jeune femme. La gendarmerie locale n’obtientra pas de meilleurs résultats que lui : Leïa est portée disparue…. Pierre rentre en France la mort dans l’âme.
C’est sans doute à ce moment là que le roman devient passionnant . Pierre tourne en rond à Paris. Il parait en effet impossible de se remettre d’un drame aussi épouvantable. Mais quand il apprend qu’une autre jolie mannequin de sa connaissance a disparu, il comprend que ces disparitions ont peut être à voir avec lui. Il décide alors de retourner sur l’île sans avertir les autorités. Saint Martin va alors perdre ses meilleurs côtés pour devenir le terrain d’une enquête impitoyable où ce qu’il va découvrir met sa propre vie en danger. Mais Pierre Sic n’est pas décidé à s’en laisser compter. Il devient son propre détective privé avançant à couvert dans une île qui lui est soudain devenue terriblement hostile.
“Cavale pour Leia” est l’un des pages-turner de l’année. Faber maîtrise avec brio toutes les techniques qui font un bon thriller : personnages auxquels le lecteur peut s’identifier, dialogues réalistes, action millimétrée, chute inattendue. Du grand art ! Cinq cents pages qui passent vite, très vite…
Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :