Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE GRAND MECHANT RENARD de Benjamin RENNER :

  C’est avec un peu de tristesse que je commence ce papier. Comme le lapin blanc, je cours et j’ai l’impression d’arriver à la fin de la fête. Il reste les cotillons, les coupes de champagne vides et la musique est un peu slow. Oui bon, j’exagère bref je m’emballe. J’aurai aimé écrire ce billet un peu plus tôt car Le grand méchant renard a déjà reçu la reconnaissance qu’il méritait!
Aujourd’hui je viens à retardement vous parler d’un renard qui est déjà une SUPERSTAR sur la planète BD. Le grand méchant renard est une BD de Benjamin Renner. Mais c’est aussi et surtout une fable. C’était censé être une BD jeunesse mais comme toute bonne oeuvre de fiction elle est universelle et a connu un succès croissant séduisant les moins jeunes aussi.
Ce renard vous allez l’adorer, il est drôle, attachant, attendrissant en somme tout sauf un véritable renard. Il est porté par toute une série de personnages secondaires (de la basse cour ou bien de la forêt). Il ne sait pas vraiment être le renard qu’on voudrait qu’il soit! Voler des oeufs, terroriser le poulailler et mordre ne sont pas ses domaines de prédilection. On le suit dans une série de péripéties toutes plus truculentes les unes que les autres. Le format choisi est au service de cette rapidité et rend aisément l’enchaînement des scènes.
Une chose est sûre, on ne s’ennuie pas, l’auteur a dessiné des vignettes qui se lisent comme on joue des sketchs et se regardent presque comme un film d’animation. Rien d’étonnant quand on sait que l’auteur a travaillé sur de nombreux films d’animations ces dernières années.
En lisant cette BD, j’ai eu l’impression de reconnaitre plein de monde ! Mais oui !! C’est certain on aura vu les même à la télé ou dans les journaux! C’est à mon sens le tour de force du grand méchant renard, un peu comme Orwell dans la ferme des animaux, les animaux de cette oeuvre nous rappellent quelqu’un… Et sans être moralisateur, certains sujets de notre actualité secouent la basse cour aussi: l’insécurité, la parentalité, le genre…
Vous pouvez si vous en avez envie devenir le grand méchant renard car la BD est accompagnée d’un petit jeu à tester ici fort amusant, j’aime que les auteurs cherchent d’autres façons de toucher leur public! Quelle sympathique façon de nous faire profiter de ses talents et de nous faire aimer encore plus ce renard.
Je manque d’adjectifs pour décrire mon plaisir de lectrice, je vous invite à vous dénicher un exemplaire et à le partager avec toute votre basse cour!
COUIN COUIN ! Voilà que je me prends pour un canard…
MARIE SATOUR

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :