Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
HISTOIRE DU MOYEN AGE de Georges MINOIS :

  Il existe un trou noir dans l’histoire européenne, un trou noir de mille ans qui s’étend entre l’Antiquité tardive et la Renaissance, ce trou noir c’est le Moyen Age. En faculté le Moyen Age n’intéresse guère les étudiants, il faut maîtriser le latin et le vieux français... Il a littéralement disparu des manuels scolaires et les médias le traitent sur un mode largement folklorique. En d’autres termes le Moyen Age est sans histoire.
L’”Histoire du Moyen Âge” de Georges Minois est à ce titre tout à fait importante car elle nous propose sur un peu plus de cinq cents pages une histoire complète de cette période profondément méconnue. La performance est à saluer d’autant que l’historien éclaire des faits restés dans l’ombre et sait nous rendre familier les concepts clé de cette longue période : la société féodale, les trois ordres, la vassalité, l’importance du religieux. Du coup nous traversons d’un pas plus assuré ces mille années qui n’étaient jusqu’alors pour nous qu’une période aveugle.
Minois a choisi de rythmer son ouvrage en trois temps de 400 à l’an 1000 le temps de l’Orient avec Byzance, le choc de l’Islam jusqu’à l’avènement des carolingiens ; la seconde période correspond au temps de l’Occident, de l’an mille à 1300 avec la montée des monarchies féodales européennes et la place importante de l’Eglise ; enfin un troisième temps de 1300 à 1500 qui correspond au temps de l’Apocalypse avec ses guerres, ses épidémies et ses famines, période qui voit l’Occident se diviser en monarchies nationales et l’Orient se reconstituer.
Cette “Histoire du Moyen-Age” constitue un solide point de départ pour découvrir cette longue période historique où les progrès techniques semblèrent s’arrêter et où la pensée était avant tout théologique, obsédée par l’idée du divin. Le pari fou de rassembler mille ans d’histoire en cinq cents pages Georges Minois l’a réussie. Il a su aller à l’essentiel et éviter les digressions inutiles. Du coup le lecteur ne perd jamais le fil de son propos et comprend au fil des pages que l’histoire médiévale occidentale est indissociable de celle du Proche-Orient.
Notons la présence d’une chronologie bien utile en fin d’ouvrage et une série de cartes chronologiques qui permettent d’avoir une vision géographique des dynamiques successives de la période.
Cette “Histoire du Moyen Âge” est une heureuse surprise qui fait enfin sortir le Moyen-Âge de l’ombre et nous permet de renouer avec l’homme médiéval.

Hugues DE SINGLY

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :