Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA 2CV VERTE de Manu CAUSSE :

 Issaac est un jeune garçon incapable de communiquer avec son entourage. Son père Eric essaie désespérément de le faire sortir de cette prison intérieure dans laquelle il est enfermé. Il est placé dans un institut mais il vient régulièrement le voir et le promener pour essayer d’éveiller en lui des sens endormis. Il y a des millions de façon de disparaître. Des milliards peut être. Certaines plus remarquables que d’autres. Il y a des milliers de façon de disparaître et le petit a choisi la pire qui soit. Celle de ne jamais venir. De ne jamais apparaître.

Les règles à respecter dans l'établissement sont pesantes et rigides. Eric ne tarde donc pas à braver des interdits avec son fils. Il décide de l’emmener en promenade dans une 2CV verte dont il a héritée, une 2CV verte au passé douloureux ! Au hasard de son errance, il rencontre la jeune Marion, serveuse dans une auberge. Elle réussit bizarrement à capter furtivement l’attention du petit. Petite victoire dans un monde vide ! La main se pose dans les cheveux, la bouche sourit ; voilà comment, voilà pourquoi, le monde se met en marche. Il la convainc de les accompagner, même de les guider vers l’inconnu. Eric sait aussi qu’il est inévitablement recherché par les gendarmes, lui et Issac doivent êtres invisibles mais comment l’être avec un enfant si différent et une voiture si particulière ?

C’est toute une souffrance qui transparaît au fil des pages de ce roman « La 2CV verte » de Manu Causse. La souffrance de l’enfance enfouie et contenue dans une mémoire diffuse, la souffrance du présent à ne pas pouvoir partager avec ce fils si étrange ! Que dire de l’inquiétude des autres, de ceux qui attendent le retour improbable des disparus ?

Les sentiments se mêlent et s’emmêlent avec cette culpabilité qui s’installe et ronge inexorablement mais c’est pourtant une profonde tendresse qui se dégage, une envie irrépressible de comprendre, de faire surgir l’étincelle de la vie.

Sylvie LAVAINE

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :