Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE DERNIER QUI S'EN VA ETEINT LA LUMIERE de Paul JORION :

 Paul Jorion a déjà publié plusieurs ouvrages sur le modèle capitaliste et ses défaillances, il explore inlassablement les impasses dans lesquelles le système libéral nous amène. Cette fois son analyse va beaucoup plus loin : le vaisseau humanité fonce vers un iceberg et la croisière s'amuse. Tous les signaux écologiques sont au rouge et nous traitons le problème comme une prise passagère. Jorion part d'une hypothèse fameuse du biologiste Lamarck qui s'éteignit il y a deux siècles : "L’homme par son égoïsme trop peu clairvoyant pour ses propres intérêts, par son penchant à jouir de tout ce qui est à sa disposition, en un mot, par son insouciance pour l’avenir et pour ses semblables, semble travailler à l’anéantissement de ses moyens de conservation et à la destruction même de sa propre espèce."
En détruisant partout les grands végétaux qui protégeaient le sol, pour des objets qui satisfont son avidité du moment, il amène rapidement à la stérilité ce sol qu’il habite, donne lieu au tarissement des sources, en écarte les animaux qui y trouvaient leur subsistance et fait que de grandes parties du globe, autrefois très fertiles et très peuplées à tous égards, sont maintenant nues et stériles, inhabitables et désertes.
Négligeant toujours les conseils de l’expérience, pour s’abandonner à ses passions, il est perpétuellement en guerre avec ses semblable et les détruit de toutes parts et sous tous prétextes : en sorte qu’on voit des populations, autrefois considérables, s’appauvrir de plus en plus. On dirait que l’homme est destiné à s’exterminer lui-même après avoir rendu le globe inhabitable. "
Paul Orion prolonge cette terrible analyse à travers une succession d'exemples et de faits précis qui n'ont rien de très rassurants. Cet ouvrage n'a rien de décliniste ou de pessimiste, il tente juste de nous faire prendre conscience de la nécessité de changer rapidement de direction avant que le dernier qui restera n'éteigne la lumière. A lire absolument

Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :