Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
R.I.P - REQUIESCAT IN PACE de Patrick CAUJOLLE :

 Patrick Caujolle  a été flic, un écrivain spécialisé dans le polar n’a pas forcément besoin de l’avoir été mais il faut bien reconnaître que ce type d’expérience vous donne une bonne longueur d’avance sur vos poursuivants. A ce titre Caujolle  possède le talent des écrivains qui savent dès les premières pages  placer le lecteur dans une atmosphère particulière, en l’occurrence celle du  commissariat  de Carcassonne où travaille le capitaine de police Gérard Escaude qui a fui Toulouse et ses embouteillages pour retrouver une existence plus paisible.

   Mais la région de Carcassonne possède des particularités inattendues. D’abord la roche de Bugarach, son magnétisme, son supposé trésor caché et son tarmac à OVNI façon rencontre du troisième type. Deux cents habitants selon le recensement officiel, dix mille selon les organisateurs d’embarquement planétaire. Non loin de là Rennes-le-Château, son église et son cimetière ésotériques, quand à son trésor il fait courir pas mal de monde depuis des décennies. 

   Alors quand  on découvre dans le village en plein hiver,  le corps sans vie d’une écrivaine locale la main droite amputée, le capitaine Escaude se retrouve embarquée dans une affaire où les cadavres de femmes se multiplient  et où  la vérité  parait aussi figée  que le mercure  du thermomètre.

   Patrick Caujolle  parvient  après “ Beau temps pour les couleuvres”   à nous proposer un second roman abouti  où personne ne repose vraiment en paix comme le suggère le titre  “Requiescat in Pace”. Où l’on en apprend beaucoup sur le refroidissement progressif d’un cadavre, la technique des interrogatoires informels façon encéphalogramme et sur la fin du vieux rêve que fait tout policier en début de carrière : ressembler à un flic de série télévisée.

  “R.I.P” est une oeuvre solide qui sait jouer sur les codes du genre en nous entraînant dans une affaire remarquablement   bien ficelée. On se laisse entraîner dans le courant trouble  d’un récit qui charrie tout ce que l’humanité peut inventer d’idées bizarres et d’inventions farfelues ce qui n’empêche pas la police de faire son travail.

Archibald PLOOM       

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :