Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
HISTOIRE DE LA MARCHE A PIED d'Antoine DE BAECQUE :

    La marche à pied est aussi vieille que l’Histoire de l’humanité. Elle fait partie de l’identité humaine : l’homme s’est redressé est s’est mis à marcher. Antoine De Baecque nous propose une exploration de toutes les formes de marche. Cette pratique est une expérience de dévoilement, “non seulement d’un paysage, d’un monde qui s’offre au déchiffrement . Mais évidemment de soi-même. Cela commence par le corps, qui retrouve un rythme propre à l’adapter à cette sensation première d’éprouver la nature.“

L’historien va d’ailleurs marcher dans les pas de David Henri Thoreau qui écrivait qu’il lui était impossible de rester dans sa chambre sans se rouiller. “ Pour bien se promener il faut aller au bouillonnement des sources de vie. Je fais aisément, quinze, vingt milles, autant de milles que vous voudrez, en partant de chez moi, sans passer par une maison, sans traverser de route, sauf là où le renard et la martre la traversent. Je n’ai qu’à prendre par la rivière et le ruisseau, puis par la prairie et le bois.” On comprend que la marche permet de puiser en soi une vérité insoupçonnée, de donner corps sensible à son être. Comme l’explique De Baecque :”Marcher met en action le désir de connaissance à travers le rythme cadencé du pas à pas, une technique respiratoire, un effort d’endurance physique, le passage sensible au milieu du paysage-monde ou de la ville-debout devant le regard flâneur.”
Mais l’historien pointe aussi que la marche accompagne les légions romaine, les armées impériales, en vérité toutes les armées du monde. La marche sera d’ailleurs abordée scientifiquement - à travers l’étude de son mécanisme physiologique - pour être parfaitement adaptée au déplacement des troupes.
Les écrivains ne sont pas d’ailleurs en reste quand il s’agit de la marche. Ainsi le méconnu Hervé Lauvick lors du Front populaire écrit en 1937 : “ La marche est l’un des plus beaux sports; elle exige le libre exercice des poumons, des muscles. Que je voudrais voir prendre aux jeunes gens, qui s’en vont maintenant chantant sur les chemins, le beau titre que portaient leurs prédécesseurs au Moyen Age : “ Va de bon coeur””
On est surpris de cheminer près de Louis XIV, Diderot et D’Alembert, Victor Hugo, Friedrich Nietzsche, Michel de Certeau, Serge Moscovici et d’une foule de marcheurs célèbres dans cette passionnante exploration d’une pratique ancestrale que chaque génération renouvelle. Un beau livre, une belle histoire…en marche.

Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :