Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L'ANESTHESISTE de Richard TORRIELLI :

     Avec “L’anesthésiste” Richard Torrielli qui fut lui même médecin anesthésiste-réanimateur nous propose un roman d’une extraordinaire profondeur où il place le lecteur au coeur de la conscience du Docteur V. Ce dernier est le maître du sommeil de ses patients lors des interventions chirurgicales auxquelles il participe. Torrielli décrit avec beaucoup de justesse l’atmosphère d’un bloc opératoire, les boucles de perfusion, les cathéters en téflon, les potences métalliques où l’on suspend les poches de sérum, les bassines en inox, les kimonos bleus des médecins, des infirmières et des aides soignantes. Et puis il a les gestes de l’anesthésiste comme la caresse d’un ange, d’un ange gardien.
Le lecteur traverse les couloirs de l’hôpital en compagnie du docteur V, passe dans les chambres, les salles d’attentes, et pénètre dans les blocs opératoires. C’est une atmosphère très particulière que l’écrivain parvient à installer par petites touches successives et qui finit par nous rendre la vie de cet hôpital familière. Une vie où cependant les contraintes s’accumulent :”Etre au service de toutes les exigences venues de toutes parts : patients, collègues, directeurs. Faire en sorte, le plus discrètement possible, que tout se passe bien. Ne pas se faire remarquer, ne pas sortir de l’ombre. Dans le cas contraire, ce serait pour insuffisance retard, maladresse, inadaptation. Ne jamais montrer le moindre signe de fatigue. Ce serait ne pas être à la hauteur.”
Et voilà soudain qu’un matin ce médecin a le sentiment de justement commencer à s’effacer. Lui qui est là sans jamais être le plus important, lui que finalement personne ne remarque vraiment, lui le veilleur, le gardien du phare, sent que le silence qui l’entourait l’envahit peu à peu.
Richard Torrielli ne nous épargne rien des conversations oiseuses des médecins lors des pauses, des petites ambitions des uns et des autres , des nuits de garde qui s'empilent implacablement et des manies sexuelles de certains. Les portraits se succèdent au fil du récit révélant les failles d’un corps médical souvent en proie au doute et aux interrogations multiples
Ce roman n’est pas seulement d’un grand réalisme descriptif, il descend dans les profondeurs d’un être, d’une vie qui bientôt va s’affranchir de la multitude des contraintes qui la submergent. “L’anesthésiste” est une oeuvre forte dont le lecteur ne sort pas indemne. On attend le prochain roman de Torrielli avec impatience.
ARCHIBALD PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :