Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MEURTRES A WILLOW POND de Ned CRABB :

    Ned Crabb n’est pas n’importe qui ! Voilà un homme qui a été à la fois rédacteur en chef, journaliste et illustrateur pour le “Wall Street Journal”. Scripteur polymorphe, Crabb a ajouté une corde supplémentaire à son arc de chasseur de mots, celui d’écrivain, même s’il n’avait publié qu’un seul roman jusqu’à maintenant.

Depuis la publication en 1978 de son premier roman “La bouffe est chouette à Fatchakulla” le style de Crabb se caractérise par une technique de portraitiste qui peut peindre jusqu’aux plus petits ressorts de la psychologie de ses personnages. Son écriture hésite souvent entre une ironie mordante et un sens de l’humour roboratif sans oublier une réelle capacité à déclencher un orage de tensions entre les protagonistes de ses romans.
C’est exactement ce qui va se passer dans “Meurtres à Willow Pond” le nouveau et second roman de Ned Crabb. Alicia et Six Godwin tiennent une librairie sur les rives d’un charmant petit lac du Maine où le couple se livre à sa passion de la pêche à la mouche. Leur existence va basculer quand ils vont décider de passer le week-end chez leur riche cousine Iphigene Seldon. Cette dernière qui commence à flirter avec les 80 ans a décidé de réunir les membres de sa famille pour leur annoncer qu’elle s’apprêtait à modifier son testament. Le récit prend alors une tournure tout à fait particulière et bascule dans une dimension où la psychologie la dispute aux désirs les plus bas des protagonistes. Crabb peut alors entraîner son lecteur à travers une série de péripéties et de rebondissements éclairées par des dialogues vifs et plein d’intelligence. On hésite entre le grand roman américain et les intrigues à l’anglaise. La conjonction des deux genres produit un résultat tout à fait surprenant qui fait de “Meurtres à Willow Pond” un hybride littéraire d’une efficacité redoutable. Crabb se joue avec une grande maestria de son lecteur l’entraînant dans une course folle où les actions se bousculent jusqu’au dénouement final. Dés lors impossible de lâcher ce roman à la fois classique dans sa construction mais mettant en scène des personnages étonnants. La confirmation du talent de Ned Crabb.
Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :