Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L'OBSTINATION par Adèle VAN RETH :

    L’émission de France-Culture “Les nouveaux chemins de la connaissance” nous propose des rencontres passionnantes autour de thématiques philosophiques qui ne le sont pas moins. Bientôt dix ans de réflexions conjointes qui donnent à penser sur les questions les plus redoutables en philosophie. La collection “Questions de caractère” nous a déjà proposé plusieurs de ces rencontres autour des thèmes de la jouissance, de la méchanceté ou du snobisme. Cette fois Adèle Van Reth invite Myriam Revault d’Allonnes à explorer la question de l’obstination, notion très ambiguë à la fois dans sa signification et dans ses usages. Comme le pointe Myriam Revault d’Allonnes d’un côté l’obstination peut être valorisée, connotée de manière positive : elle devient alors synonyme d’endurance, de ténacité, de persévérance, autrement dit la marque d’une volonté ou d’un désir qui se poursuit et se réalise dans la durée. D’un autre côté, lorsque l’obstination est affectée d’un signe négatif et dévalorisée, elle est alors assimilée à l’opiniâtreté, à l’entêtement, à la possession d’un caractère obtus et à l’aveuglement.
En d’autres termes, être obstiné, c’est être soit persévérant – et l’on pense immédiatement à Spinoza pour qui “la persévérance dans l’être” est ordonnée à la puissance d’exister et d’agir propre à chaque être – soit aveuglé, c’est à dire en proie à une forme de cécité au regard du savoir et de la connaissance, comme si l’obstination allait contre la raison : on cesserait ainsi de s’obstiner si l’on était éclairé.
Ce dialogue riche et stimulant passe par les figures d’Antigone et du capitaine Achab, les philosophies de Machaivel et de Spinoza mais il explore aussi la question de l’acharnement thérapeutique, sans oublier Michel Foucault, Stendhal et Montaigne. Comme pour les précédents ouvrages le dialogue entre Adèle Van Reth et Myriam Revault d’Allonnes dévoilent progressivement tout ce que l’obstination peut nous apprendre sur notre condition.
On appréciera l’appel final à plus d’obstination en ce qui concerne la banalisation de certaines idées et en particulier celles qui concernent le négationnisme. Un ouvrage tout à fait revigorant.
Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :