Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA MORT DE MITALI DOTTO d'Arnirban BOSE :

  Anirban Bose est un romancier  dont le succès  est immense en Inde et pourtant il n’était pas encore traduit en français. Les éditions du Mercure de France  viennent de réparer   cet oubli qui n’aurait pas tardé à devenir une faute s’il avait duré. « La mort de Mitali Dotto »  est un roman âpre et terrible tissé dans la trame de la tragédie humaine. L’écrivain  part d’une réalité qu’il connaît bien, celle du monde médical qu’il décrit avec un réalisme méticuleux. 

   Le docteur Neel Dev-Roy  a passé près de quinze ans  à New York  et il revient exercer en Inde dans un hôpital de New Delhi. Le changement  de culture est plutôt rude. Dev-Roy découvre un système hospitalier dévoré par une administration  incompétente  et d’une lourdeur insupportable.  Il doit aussi composer avec la corruption d’une bonne partie du personnel, ce à quoi il n’était guère habitué durant sa carrière « américaine ».  Malgré  toutes ces circonstances contraires le docteur Neel Dev-Roy va livrer un combat contre la mort  et la superposition des malheurs en tentant de sauver  Mitali Dotto une jeune femme plongée dans le coma après avoir été poignardée.  Le médecin découvre  qu’elle est enceinte de trois mois. Mitali  en plus du coup de poignard  qu’elle a reçu  n’est pas née sous une bonne étoile car elle est sans ressource et n’a aucune famille.  Pourtant De-Roy va livrer un combat solitaire  pour sauver l’enfant et la mère.

   Il y a quelque chose de profondément camusien dans ce roman  qui bouleverse les codes d’une Inde figée dans des archaïsmes séculaires.  Le combat du médecin face à un système  rétrograde et profondément injuste  va l’amener à prendre des décisions de vie qu’il n’aurait sans doute pas imaginé en arrivant  en Inde.

   “La mort de Mitali Dotto” est une oeuvre forte et sans concession qui met en scène  la conscience d’un homme seul face à la machine  aveugle  et sans états d’âmes  du système hospitalier indien.  Un livre d’espoir qui prend à bras le corps  le tragique de l’existence qu’Anirban Bose ausculte  avec une acuité qui ne néglige aucun détail. 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des libraires françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", toutes les librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir.

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :