Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MACABRE RETOUR de Kathy REICH :

   Kathy Reich a déjà une oeuvre importante à son actif : une vingtaine de thrillers dont le premier “Déjà Dead” fut publié en 1998. Pour cette américaine professeur d’université les enquêtes scientifiques n'ont aucun secret et ses romans sont constellés de notations directement liées à sa spécialité universitaire : l’anthropologie judiciaire. Son personnage récurrent Temperance Brennan est d’ailleurs si bien campé qu’il est devenu celui de la série “Bones” dont Reich est productrice et coscénariste.
Dans ce nouvel opus des enquêtes de Tempe Brennan resurgit une vieille connaissance, Anique Pomerleau, cette tueuse québéquoise depuis en cavale, que nous avion déjà rencontrée il y a une dizaine d’années dans “Meurtres à la carte”, une affaire qui se déroulait au Quebec.
Mais que vient donc faire Pommerleau en Caroline du Nord à Charlotte ? Pire, elle sévit tout près du domicile de Brennan. Comme cauchemar de flic on ne peut pas faire mieux…. Rapidement l’enquête révèle un fait très inquiétant : la tueuse en série n’agit pas seule, elle a des complices. Entre les deux femme un combat à mort commence. Une fois de plus Reich sait instiller une tension qui va croître tout au long du récit. On retrouve évidemment tout l’appareil scientifique qui fait la spécificité des enquêtes de Brennan et on ne peut être qu’impressionné par l’incroyable efficacité narrative de Reich qui joue constamment avec les nerfs de son lecteur.
Profitez bien de cette dix septième enquête de Brennan pourrait d’ailleurs bien être la dernière car Kathy Reich travaille actuellement sur un personnage féminin de détective privée. Il se pourrait bien que Tempe Brenna soit mise à la retraite anticipée mais méfions nous car l’auteur américain ne connait rien de mieux que les éclipses narratives pour nous surprendre à nouveau quelques volumes plus tard.
Reste que ce retour d’Anique Pommerleau est macabre à souhait et qu’il donne autant de fil à retordre à Brennan qu’à ses fans. Du grand art ! 

Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :