Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MA VIE DE RÉAC de Morgan NAVARRO :

 Au secours! Un réac! Rien que ce mot complètement vieillot me hérisse le poil, on pense France à papa et on sent poindre une odeur moisie. « Être réac » a été employé à toutes les sauces et a finalement été vidé de tout sens. Être réac est-ce seulement réagir? Et si la réaction était tout de même plus louable que la passivité et le silence? N’est-ce pas rassurant de voir des gens s’énerver dans un monde si policé et poli? Voici comment Morgan Navarro se présente sur son blog: « On me traite de Réac mais je ne le suis pas. Je suis lucide, c'est tout. Est-ce être réactionnaire de voir à quel point le monde court à sa perte? N'est-ce pas normal d'être atterré par la bêtise crasse de notre époque? Une époque où les enfants commandent, où l'idiotie est cool, où le savoir est moqué, où on se demande si c'est pas machiste de tenir la porte aux dames? Bon, je sais, parfois je m'énerve un peu trop, mais c'est plus fort que moi. Attaqué par la connerie, je réagis, c'est tout. Bon ok, je suis réac. »

 

Cet album est une adaptation du blog de Morgan Navarro, on se délecte d’ailleurs des commentaires des internautes l’issue de chaque planche dont certains ont été publiés à la fin de l’album.  On retrouve le réac dans ses réflexions quotidiennes face aux aléas et évènements du monde moderne. Chaque scène est retranscrite dans deux couleurs, les histoires sont centrées sur le réac, père de famille et mari qui nous livre ses discussions et aphorismes. Par sa légèreté et simplicité le dessin est au service du propos.

La qualité de ce réac c’est son talent à vous titiller, nul ne pourra rester indifférent ni se questionner face à ses interrogations. Je suis restée tout à tour, amusée, exaspérée et dubitative! Votre second degré sera en émoi devant toutes ses réactions par rapport aux selfies, à la bio attitude et notre addictions aux smartphones.

 

Ses commentaires sur l’actualité, la société et les relations humaines montrent son désespoir. J’ai aimé voir cet homme nous faire part de ses doutes et de la difficulté à se positionner dans un monde en perpétuelle évolution. Ce qu’on retrouve dans ce réac c’est la petitesse et la futilité de notre condition. Je me suis attachée à ce réac qui se sent perdu et qui préfère parfois beugler ou simplement commenter car il ne semble pas savoir quoi faire d’autre. Le réac tente de se soigner mais heureusement pour nous au vu de l’actualité il a encore de beaux jours devant lui ! Nous sommes sauvés!

Marie SATOUR

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE


Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :