Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA LÉGÈRETÉ de Catherine MEURISSE :

Chère Catherine Meurisse, 

Je voulais d’abord vous remercier. Merci pour cet album qui est arrivé dans une période trouble, angoissante et incompréhensible. Merci pour cette oeuvre qui est d’une beauté sans fard dans laquelle je me suis perdue en contemplation. Ces bandes ont constitué de petites fenêtres desquelles j’ai pu me reposer et observer. J’ai passé un moment agréable à simplement regarder les aquarelles des ciels et de l’océan à me perdre dans la couleur comme chez Rothko dont les peintures sont de véritables portes vers d’autres univers. Je me suis prise à observer vos planches comme j’ai pu le faire dans un musée, à fixer, à m’oublier peut-être même à me retrouver dans un état proche de la méditation. 

Je ne sais véritablement comment décrire cet état, mais il est certain que j’ai pu éprouver un bien être, sentir un soulagement allant jusqu’à l’apaisement. Vos interrogations sur notre condition humaine m’ont été d’un secours indicible et m’ont réellement rassurée. Vos planches ont eu les mêmes vertus que les petits plats mitonnés de mon enfance, quel talent pour nous réconforter et nous assurer une certaine chaleur.

Je me demande aussi parfois ce que nous faisons sur cette terre, surtout lorsque nos destinées rencontrent des fous, et je suis certaine, comme vous nous le montrez, que ce qui donne sens à tout cela c’est assurément l’art, la beauté et la légèreté qui traversent votre album. 

Les étapes du deuil sont respectées et l’on a l’assurance qu’au bout de ce chemin tortueux et chaotique il y aura toujours la possibilité d’être sauvé et soulagé par la beauté. Merci de nous le rappeler, peu importe la tragédie ou le deuil à vivre, cet album compte désormais pour nous aider sans cesse à voir ce qui le mérite, à s’émerveiller et à découvrir. Même si en cas de tempête on oublie vos sages planches, on se rappellera avoir vu et il nous restera toujours le souvenir de la beauté.

Marie SATOUR

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

 

 

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :