Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE CHANT DE LA TAMASSEE de Ron RASH :

  "Le chant de la Tamassee" de Ron Rash confirme l'immense talent du romancier américain. Représentant doué du Nature writing il nous propose un récit qui se lit comme un grand poème des profondeurs de l'Amérique. Le roman débute par la mort d'une petite fille, Ruth Kowalsky, qui se noie dans la Tamassee, rivière de Caroline du Sud à quelques mètres de ses parents qui pique-niquent sans se douter du drame. C'est évidemment une tragédie épouvantable mais le romancier se sert de cet événement pour faire immédiatement bifurquer son récit vers un affrontement inattendu entre les parents de Ruth et les défenseurs de la nature car le corps de l'enfant est resté coincé dans la rivière et le courant est si fort qu'il est impossible aux plongeurs de pouvoir le ramener. Le père de Ruth est banquier et il décide de faire installer un barrage amovible sur le cours d'eau pour le détourner mais les écologistes du pays ne l'entendent pas de cette manière car ils savent quels genres de risques une telle initiative ferait courir à l'environnement. Aux Etats-Unis il existe une loi fédérale, le Wild ant Scenic Act, qui protège les cours d'eau qui ont obtenu le label "sauvage" et c'est cette loi que vont évoquer les défenseurs de la Tamassee.

Rapidement les médias vont s'intéresser à cette affaire et les antennes paraboliques, les caméras et les reporters de tout poil vont envahir le comté. Parmi eux, Maggie, une jeune photographe de presse qui est née sur les rives de la Tamassee revient au pays pour couvrir l'affaire. Progressivement émergent des intérêts qui dépassent de loin la mort de la petite fille : intérêts financiers, politiques, chamailleries entre pouvoirs locaux. Maggie patauge au milieu d'une affaire qui devient de plus en plus glauque, consciente que l'opinion a pris le parti des parents elle va glisser progressivement du côté des défenseurs de la nature.

L'écriture de Rash est d'une grande puissance narrative, elle suit son cours sans se soucier des apparences, avance selon sa nécessité sans demander aucune permission. Le lecteur n'est pas seulement entraîné par le courant de la rivière mais aussi par l'affrontement entre les deux camps. Les situations, les personnages, les dialogues ont une densité incroyablement forte. Rash possède un talent particulier pour sonder le coeur des hommes et le portrait qu'il fait de l'Amérique est profondément inattendu. La traduction d'Isabelle Reinharez est à ce titre tout à fait remarquable car elle sert a langue de l'écrivain en lui conservant toute sa force, celle d'une rivière sauvage...
Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des libraires françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", toutes les librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir.

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :