Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MOURIR ET PUIS SAUTER SUR SON CHEVAL de David BOSC :

  Pourquoi Sonia Araquistáin s'est-elle suicidée en septembre 1945 ? Pourquoi cette artiste espagnole de 23 ans fille d'un ancien ambassadeur s'est-elle retrouvée fracassée et entièrement nue sur le pavé de Queensway près de Bayswate à Londres, après une chute de 80 pieds. Elle vivait à Bayswate depuis 1939 avec son père et se rendait quotidiennement à son atelier tout près de là. Elle avait révélé à son père qu'elle allait fonder "une nouvelle race d'immortels" et puis ... la mort.
Ce destin brisé, avait passionné, à l'époque, la presse britannique et plus de 60 ans après David Bosc nous propose une reconstitution de cette vie trop courte à travers un journal apocryphe. La plume de l'écrivain se glisse dans celle de la jeune femme et tente de reconstituer des fragments d'existence à travers les évocations successives et discontinues. On se laisse prendre par la langue de Bosc qui parvient à faire revivre Sonia et ses obsessions à travers une écriture qui conjugue lyrisme et profondeur. La jeune femme évoque la vie affective de son père, la langue des animaux, la mort de sa mère, les rêves - qui la passionnent - son rapport à la création et à l'amour. Le journal se présente avec ses imperfections, des passages rayés ou illisibles, des pages arrachées. Le texte de Bosc est si réaliste que le lecteur a parfois l'impression de lire ce journal à la dérobée. Le personnage complexe de Sonia ne s'éclaire pas vraiment, au contraire dans ce journal, l'écriture la rend plus ombreuse et insaisissable. En revanche - et c'est sans doute la force de cette approche littéraire - Bosc nous permet de saisir toute la difficulté de dire, à travers les mots, le travail artistique. L'évocation des pulsions qui habitent la jeune femme et qui l'ont peut-être conduite à mettre fin à ses jours est, à ce titre, très réussie. Ce "Mourir et puis sauter de son cheval" possède une intensité littéraire rare et envoûtante.

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des libraires françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", toutes les librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir.

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :