Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
JOSEPH BONAPARTE de Thierry LENTZ :

Etre le frère aîné d’un certain Napoléon Bonaparte  peut constituer un héritage familial compliqué. Pourtant Joseph Bonaparte sut tirer son épingle du jeu alors même que les vagues de l’histoire entraînaient son frère loin devant lui.  La somme biographique  que nous propose Thierry Lentz – plus de 700 pages – permet de découvrir ce personnage généralement méconnu de l’histoire de France qui occupa les postes les plus prestigieux pendant la Révolution et sous les gouvernements successifs de Napoléon.  Difficile de ne pas remarquer Joseph Bonaparte dans l’organigramme Napoléonien : président du district d’Ajaccio, commissaire des guerres, ambassadeur, député, conseiller d’Etat, sénateur, grand électeur de l’empire, roi de Naples, roi d’Espagne, lieutenant général de l’Empereur, président du Conseil des ministres durant les Cent-jours.  

   En vérité comme le souligne l’historien Joseph Bonaparte eut plusieurs vies et pourtant sa biographie n’avait pas été revisitée depuis plusieurs décennies.  Il fut pourtant l’une des chevilles ouvrières du système napoléonien. Pour le biographe  Joseph ne fut pas que le faire-valoir de son frère. S’il s’engagea dans l’aventure napoléonienne et en récolta les fruits, ce fut en acteur lucide, doublé d’un homme de culture, de conviction et de réflexion, sorte de révolutionnaire libéral entraîné dans le tourbillon d’un pouvoir qu’il ne voyait qu’avec regrets prendre un tour autoritaire.  On pourrait estimer qu’il fut une sorte d’”intellectuel” plongeant dans la politique, très apprécié par des libéraux qui le voyaient comme un possible remplaçant de son frère. Joseph survécut près de trente ans  à l’Empire. On ignore  généralement qu’il s’exila aux Etats-Unis et qu’il y vécut  sans doute les meilleures années de sa vie avant de revenir en Europe.

   Thierry Lentz  nous propose une biographie serrée  d’une vie qui sort  de l’ordinaire. De Corte, où il est né, à Florence, où il est mort, il propose de suivre Joseph Bonaparte dans une progression chronologique.  L’historien a observé un parti-pris qui lui a permis de saisir le rôle, l’action et la position de Joseph, il lui fallait oublier Napoléon. Ce parti-pris historique judicieux  permet de réévaluer et de contrebalancer les idées reçues à propos d’un homme qui n’a, finalement,  jamais démérité.  Une biographie historique de très belle facture.

Hugues DE SINGLY

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir.

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE     

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :