Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
ENTRETIEN AVEC MAGDALENA, AUTEURE JEUNESSE et CREATRICE DE LA SERIE "JE SUIS AU CP" :

Magdalena est auteure jeunesse depuis vingt cinq ans.  Elle a publié de nombreux albums. Elle est l'auteure de la série "Bali" et depuis quelques années elle a créé la série "Je suis au CP" qui rencontre un incroyable succès auprès des jeunes lecteurs.  Elle a accepté,avec beaucoup de gentillesse, de répondre à nos questions.  

 Culture-Chronique :  Magdalena comment commence une carrière d’auteure jeunesse  ?

Magdalena : En résumé cela commence par un bébé  qui a une grosse tête et qui pleure, par une petite fille craintive, une ado solitaire, silencieuse et rêveuse,  et, quelques années plus tard,  une enveloppe kraft envoyée par  la poste à un éditeur !

Culture-Chronique :  Vous aviez à l’époque une autre activité professionnelle ? 

Magdalena :  Avant de devenir une auteure publiée, j’étais enseignante en CP pendant 16 ans aux Tarterets à Corbeil-Essonne, quartier dit défavorisé, mais pour moi c’était plutôt un quartier vivant !

Culture-Chronique :  On peut imaginer que le travail avec l’éditeur a son importance dans l’édition jeunesse.

Magdalena :  L’éditeur est à la fois juge, guide, il retient les rennes ou il lâche la bride.  Un bon éditeur doit connaître ses auteurs, sentir quand il doit être présent et quand il doit  les laisser libres.

Culture-Chronique :   Quels auteurs vous ont inspirée?

Magdalena : Vous me parlez d'auteurs je vais vous répondre livre ! J’ai aimé les “Oui Oui”, les Fantômette, les Alice, le Club des cinq… Trois livres m’ont marquée «  Le pays des 36 000 volontés”  d’André Maurois et “Alice au pays des merveilles” quand j’étais enfant et “Max et les Maximonstres” de Maurice Sendak  a été fondateur pour moi, c’était le modèle de l’album parfaitement réussi.

Culture-Chronique :  Comment travaille un auteur jeunesse?

Magdalena :  J’ai pour habitude de dire aux enfants que je rencontre dans les classes que je suis un pommier à histoires, que ma tête est remplie d’un méli-mélo de branches sur lesquelles tout pousse, des idées, des titres d’histoires, des phrases, des débuts d’histoires.

Et tout cela vit en moi tout le temps.

Ce que je vois, ce que j'entends, mon passé, mon présent, mes angoisses, mes folies ... tout cela se multiplie, se transforme … et aboutit à ce que j’écris.

Culture-Chronique :  Quels sont parmi vos albums publiés les plus importants pour vous ?

Magdalena : Le premier “Une histoire à faire peur “  publié chez Kaléidoscope mais aujourd’hui malheureusement  épuisé, car sans lui les autres n’existeraient pas, il a ouvert la voie .

Chacun de mes albums a son histoire, sa raison d’être, son passé, ils sont tous un peu comme mes enfants, je les aime tous, avec toujours une préférence pour le dernier né qui devient pendant quelques temps le plus important. "Luna et la chambre bleue" et "Les monstres de la nuit" illustrée par Christine Davenier, mes deux dernières publications sont les favoris du moment !

Culture-Chronique : Après de très nombreuses publications on parle  aujourd’hui beaucoup de vous  car vous avez créé une série  devenu en quelques mois très célèbre : “Je suis au CP”. A votre avis d’où vient ce succès ?

Magdalena : Sans doute d’un savant mélange, mon expérience d’enseignante qui m’a donnée la  connaissance des compétences de lecture d’un CP, sans doute ma plume d’auteure, le talent fou de l’illustrateur, Emmanuel Ristord, l’univers de la série  qui est celui de l’école donc très proche des lecteurs et aussi mes éditrices qui ont été partantes et enthousiastes sur ce projet !  

Culture-Chronique : La série a été déclinée pour les CE1 et les CE2  et les lecteurs en redemandent.  Mais on sent à vous lire que vous savez tout de la vie de classe.

Magdalena : Seize ans d’école forment ! J’ai toujours été très proche de mes élèves, de leur vie, de leurs préoccupations, très attentive et, bien que je n’enseigne plus, j’ai la chance  de garder un lien  fort avec l’école. Mes amis enseignants m’ouvrent leur classe et je suis invitée en tant qu’auteure à rencontrer des élèves. Ce qui me permet de rester en phase avec ce monde tout à fait non ordinaire !
Et puis au fond de moi il reste toujours la petite fille que j’ai été au CP , au CE1 et au CE2, ça aide aussi !

Culture-Chronique :  Qui sont ceux qui ont la primeur de vos histoires?

Magdalena : Dans l’ordre mon mari, mon fils, mes amis enseignants...

Culture-Chronique :  Comment voyez-vous vos prochaines années d’auteure ?

Magdalena : Avec j’espère  toujours le même coup au coeur, quand un texte est retenu par un éditeur, avec le même enthousiasme et éblouissement  quand je découvre  les illustrations et la même joie à  voir  le livre dans les mains d’un lecteur, le chemin entre l’écriture du texte et son édition est souvent trop long pour l’impatiente auteure que je suis ! 

© Culture-Chronique --                                                

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir.

--     Contacter Magdalena par Twitter

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Entretiens
Rechercher par Auteur :