Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA MAISON PÂLE de Luke McCALLIN :

    La maison pâle” de Luke McCallin est le second volume d’une trilogie construite autour du personnage du capitaine Gregor Reinhardt cet officier du renseignement de la Wehrmacht que nous avions découvert dans “L’homme de Berlin". L’idée de l’écrivain anglais  qui conçut le projet de mettre en scène un enquêteur allemand lors de la période la plus sombre de l’Allemagne nazi peut paraître étrange. Pourtant le travail méticuleux de l’enquêteur  immergé dans une atmosphère historique délétère est remarquable de précision historique et de réalisme  factuel.  On accroche dès les premières pages et on se laisse entraîner dans le courant boueux de l’histoire.  Le personnage de Reinhart à la fois  rigoureux  et plein de rectitude  contraste avec des événements liés à des crimes  liés de près ou de loin à la guerre.  L’enquêteur progresse en eau trouble constamment bordé par la Gestapo dont les visées ont rarement à voir avec le dévoilement de la vérité.

Dans “La maison pâle”  Gregor Reinhardt vient d’être réaffecté dans les Feldjäegerkorps, une unité de la police militaire fondée en 1943 et située au dessus des autres polices militaires.  Nous sommes en 1944 et l’armée allemande tente de se retirer de Yougoslavie  en essayant de limiter les pertes.  Les Oustachis croates combattent aux côtés de la Wehrmacht, ce sont des hommes impitoyables que les déboires de leur allié rendent plus terribles encore. Quand Reinhardt est contacté par les témoins d’un massacre commis par les Oustachis c’est le début d’une enquête dont les implications vont rapidement échapper à l’officier des Feldjäegerkorps.  Ce qu’il met rapidement en évidence dépasse de très loin une simple circonstance de guerre.  Les implications sont si ténues qu’il se retrouve rapidement en difficulté car  la manifestation de la vérité  sera manifestement gênante pour beaucoup d’acteurs  qui ont partie liée dans ce drame. Heureusement la belle veuve Suzana Vukic sera pour lui un soutien inattendu dans la lente et pénible recherche des preuves qui confondront les coupables.

   “La maison pâle” est un roman âpre qui se déroule durant l’une des pire tempête de l’histoire et McCallin la peint avec un tel réalisme que nous ne pouvons que nous incliner devant sa capacité à mettre de tels événements en récit.  Un très grand polar historique! 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :