Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
RESPIRE d’Erwan GABORY :

     Respire” est un livre qui échappe aux catégories en usage dans l’édition. D'abord il s’agit d’un petit ouvrage qui fait semblant d’être carré mais dont la vérité géométrique tient en vérité du rectangle.  “Ne vous fiez pas aux apparences”, “Ne vous laissez pas tromper par vos sens…” semble nous murmurer ce faux rectangle aux allures de carré.   Ensuite on découvre un papier que l’édition française a abandonné depuis fort longtemps, l’un de ces papiers épais qui semble parcouru par des centaines de nervures où circulerait une sève sans cesse renouvelée.  Enfin le titre dont on ne sait s’il s’agit d’une injonction, d’un simple constat objectif et amusé ou d’un conseil susurré à l’oreille…

   Reste que cet  ouvrage de poche propose une extension des possibles à travers un texte qui conjugue sagesse antique, bribes surréalistes et haikus déglingués. Gabory ne se laisse enfermer par aucune forme d’écriture mais passe de l’une à l’autre dans un geste de création qui pourrait s’apparenter à la calligraphie japonaise.

                      “Aime, sans chaînes. Aime parce que 

                        c’est le moment. Que tes caresses

                        dessinent l’être présent.

                       Aime sans te soucier de te faire aimer.

                       Aime sans te cacher.”

  Gabory est un marcheur des grands espaces, un  chercheur qui lie  poésie et sagesse dans un cheminement ininterrompu.  Le chemin d’encre qu’il trace   se déploie progressivement comme un arc en ciel  après la pluie.

 

                             “N’attends rien, surprends !

 

 

   L’humour, le trait d’esprit, ne sont jamais loin pour  notre écrivain-poète.  Parfois la formule surprend  : “ Consens que l’on soit là pour toi. Cela ne te rend pas redevable. Cela ne t’engage à rien.”  Une philosophie en définitive à des années lumière des vieilles morales judéo-chrétiennes, un courant d’air  qui fait place nette à la source jaillissante  qui vient sourdre en nous.

Erwan Gabory nous propose finalement avec “Respire” un précieux viatique qui se glisse dans la poche, une petite sagesse portative qui libère les énergies et fait raisonner la poésie dans la  vallée  profonde de nos vies.  

Appoline SEGRAN

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :